CultureAlgérie

Lounès Matoub : Sa veuve refuse « l’instrumentalisation » de la mémoire de son mari

L’idée de financer la fondation Lounès Matoub ne semble pas plaire à tout le monde. Alors que Malika Matoub a demandé et obtenu des financements publics pour la « sauvegarde de la mémoire » du chanteur, sa veuve, Nadia, s’oppose à la transformation de la maison familiale du poète assassiné le 25 janvier 1998.

Dans un communiqué, Nadia Matoub indique en effet sa volonté d’informer l’opinion publique de sa « ferme opposition à ce projet qui aura comme conséquence de dénaturer ses biens matériels ». « Le projet tel qu’il est annoncé par les autorités algériennes prévoit même d’“intégrer la maison familiale” dans l’édifice du musée. Sa demeure qui abrite ses souvenirs les plus précieux, à l’exemple de ses instruments de musique et des prix qui lui ont été décernés, doit rester telle qu’il l’a laissée, reflet de sa vie et de son parcours », a-t-elle précisé. « Mais voilà que ce système que Lounès a combattu de toutes ses forces, système d’hier qui demeure celui d’aujourd’hui, prétend vouloir préserver sa mémoire et son patrimoine artistique et culturel en finançant un musée qui va porter son nom. Il s’agit tout simplement d’une profanation et de la volonté de neutraliser le symbole qu’il incarne », a-t-elle écrit tout en avertissant qu’elle refuse que « la mémoire de Lounès soit souillée et que son combat soit perverti et instrumentalisé ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close