Santé & Bien-être

Des maux de gorge «inexplicables» ? Vérifiez si ce n’est pas un cancer

Les médecins généralistes devraient envisager le cancer du larynx lorsque les patients signalent un mal de gorge persistant, en particulier lorsque ceux-ci sont associés à d’autres symptômes apparemment de faible intensité, avertissent des chercheurs.

Un mal de gorge persistant qui n’est pas lié à la grippe, au rhume ni à d’autres maladies bénignes devraient pousser le malade à consulter au plus vite un médecin car il pourrait s’agir de signes précurseurs d’un cancer, concluent de nouvelles recherches citées par Eurekalert.

Selon une étude de chercheurs de l’Université d’Exeter, un tel mal de gorge associé à un essoufflement, à des problèmes de déglutition ou à un mal d’oreille est un plus grand signe avant-coureur du cancer du larynx que l’enrouement inopiné, d’habitude considéré par les médecins comme un signe d’alerte.

L’étude a porté sur plus de 800 patients chez lesquels un cancer du larynx a été diagnostiqué et a révélé un risque de cancer supérieur à 5%, associé à l’un de ces symptômes supplémentaires. En cas d’enrouement pur et simple, ce risque serait de 2,7% seulement.

Ce travail «a montré la gravité potentielle de certaines combinaisons de symptômes précédemment considérées comme étant à faible risque», a déclaré le professeur Willie Hamilton, de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter, l’un des auteurs de l’étude.

Chaque année, plus de 11.700 cas de cancer du larynx sont diagnostiqués. 80% des malades sont des hommes. Ce nombre a augmenté de près d’un tiers au cours des 20 dernières années, la consommation de tabac et d’alcool étant fortement liée à la maladie.

 

Sputnik

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close