En direct

Mechaal à Amman pour un tournant dans les relations Jordanie/Hamas

 M. Mechaal, qui détient la nationalité jordanienne, est arrivé en fin de  
matinée, accompagné du prince héritier du Qatar, Tamim Ben Hamad Al-Thani, qui  
effectue une médiation auprès de la Jordanie.

   Le roi Abdallah II a reçu à déjeuner M. Mechaal, le prince du Qatar et une  
délégation du Hamas composée de cinq membres du bureau politique, en  
particulier le numéro deux Moussa Abou Marzouk, arrivés samedi à Amman.

   Dans une déclaration à la presse, M. Mechaal s’est déclaré "ravi" de cette  
visite qui constitue un nouveau départ" soulignant que le "Hamas tient à la  
sécurité et la stabilité de la Jordanie (…) et souhaite établir une relation  
privilégiée" avec le royaume.

   Il a affirmé que "le Hamas rejette catégoriquement tous les projets de  
règlement sur la base d’une patrie alternative", en référence au projet soutenu  
par des extrémistes israéliens de la Jordanie comme Etat de substitution pour  
les Palestiniens.

   "Nous insistons pour une récupération totale des droits des Palestiniens  
afin que soit irréfutable que la Palestine est la Palestine et la Jordanie est  
la Jordanie", a-t-il dit.

   Le palais royal a pour sa part affirmé que Abdallah II a réitéré "le  
soutien de la Jordanie à l’Autorité nationale palestinienne" et souligné  
"l’importance de l’unité des rangs palestiniens à travers les efforts de  
réconciliation qui renforceront la position palestinienne et permettront la  
récupération des droits légitimes du peuple palestinien".

   Le palais royal avait annoncé samedi soir "une visite d’un jour du prince  
héritier du Qatar cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani", se contentant de préciser  
que le prince du Qatar serait "accompagné du chef du bureau politique du Hamas  
Khaled Mechaal".

   Un haut responsable jordanien a même qualifié cette visite d’uniquement  
"protocolaire".

   Mais pour la puissante opposition islamique en Jordanie, la visite de M.  
Mechaal et surtout sa rencontre avec le roi est "historique".

   "La rencontre aujourd’hui (dimanche) est historique et la participation du  
Qatar renforcera la volonté royale de normaliser les relations entre la  
Jordanie et le Hamas au service des hauts intérêts de la Jordanie", estiment  
les Frères musulmans sur leur site.

   Quelle que soit la teneur des entretiens, la visite devrait ainsi permette  
un rapprochement entre l’Etat et les islamistes, qui mènent depuis un an avec  
des militants pro-démocratie un mouvement dans la lignée du Printemps arabe  
pour des réformes politiques et économiques et contre la corruption.

   La Jordanie, qui tente de jouer un rôle de médiateur entre Palestiniens et  
Israéliens, pourrait aussi faciliter la réconciliation entre le Fatah du  
président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza.

   La première rencontre publique entre négociateurs palestinien et israélien  
le 3 janvier avait été pour la Jordanie l’occasion de montrer qu’une éventuelle  
normalisation avec le mouvement palestinien Hamas ne changerait en rien sa  
reconnaissance de l’Autorité palestinienne.

   La visite du responsable du Hamas était attendue depuis que le nouveau  
Premier ministre jordanien, Aoun Khassawneh, ancien juge à la Cour pénale  
internationale de La Haye, avait qualifié en novembre d’"erreur  
constitutionnelle et politique" l’expulsion des dirigeants du Hamas en 1999.

   Depuis cette date, la Jordanie et le Hamas, dont les dirigeants se sont  
installés à Damas, entretiennent des relations difficiles. Ces relations se  
sont encore détériorées en 2006, quand Amman a accusé le Hamas de trafic  
d’armes à partir de la Syrie vers son territoire.

   Depuis 1999, il n’a pu revenir que deux fois en Jordanie, pour assister à  
l’enterrement de son père en août 2009 et pour rendre visite à sa mère malade  
en octobre.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close