Sports

Meurtrier d'un juif

  • Il a affirmé "avoir mis les juifs devant le choix de se convertir à l’islam, de quitter le Yémen ou de se faire tuer" par lui.
  • "Ce message était contenu dans ma thèse de doctorat dont le sujet est la guerre électronique et le jihad", a-t-il ajouté.
  •  
  • Quand l’un de ses cinq avocats a tenté de dire à la cour que son client était "un déséquilibre mental qui a quitté la force aérienne, où il était pilote, en raison de sa maladie", l’accusé a répondu: "Ce discours est en faveur des juifs".
  • "Souriez, ce discours est en votre faveur", a-t-il dit à l’adresse des membres de la famille de la victime, présents dans la salle d’audience, en demandant à "être représenté par un avocat américain".
  •  
  • Il a ensuite pressé ses proches, nombreux dans la salle d’audience, de "chasser les avocats", ce qui n’a pas empêché ces derniers de demander au tribunal de soumettre leur client à un examen psychiatrique pour déterminer s’il était responsable de ses actes.
  •  
  • La parole a été donnée au père de la victime, qui a déclaré en se tournant vers l’accusé, debout dans une cage métallique, portant l’uniforme bleu des prisonniers: "Cet homme nous a porté préjudice, que Dieu lui porte préjudice".  "Je demande qu’il soit puni selon la loi divine", a-t-il dit.
  •  
  • A l’issue de l’audience, la deuxième depuis l’ouverture du procès samedi, le tribunal a décidé de soumettre l’accusé à un examen psychiatrique, fixant la prochaine audience au 31 décembre.
  •  
  • L’avocat général avait pourtant estimé que l’accusé était en pleine possession de ses facultés mentales.
  • Le correspondant de l’AFP s’est rendu dans la maison de la victime, père de neuf enfants, dans la localité de Rida, proche d’Amrane, où l’un de ses fils Sassa, 13 ans, a indiqué que son père avait été abattu par une balle de revolver près de sa maison alors qu’il était en train d’acheter des feuilles de qat à effet euphorisant que les Yéménites ont l’habitude de mâcher.
  •  
  • Le nombre de juifs dans la région d’Amrane est estimé à 250 et dans l’ensemble du Yémen à 400.
  • Au moment de la création d’Israël en 1948, la communauté juive du Yémen comptait 60.000 personnes, dont 48.000 ont émigré dans l’Etat hébreu durant les trois ans ayant suivi.
  •  
  • Les juifs ont ensuite vu leur nombre baisser pour atteindre un millier au début des années 1990. Ils ont été alors interdits de voyager mais nombre d’entre eux sont à leur tour partis dès la levée de cette mesure, en 1993.
  •  
  • Aujourd’hui encore, les jeunes optent pour l’émigration aux frais d’organisations juives internationales qui payent leurs études à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
  •    
  • AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close