En direct

Mezrag: certaines parties veulent nous pousser à reprendre le maquis

L’ex-chef de l’AIS, Madani Mezrag est revenu sur ses récentes déclarations enflammées sur la chaîne de télévision privée, El Watan, fermée par les autorités il y a cinq jours. Dans un communiqué rendu public, hier mercredi ce dernier se rétracte, dément les propos de l’ancien chef du gouvernement, Ali Benflis, et s’en prend à une partie de la presse et à la classe politique qui, selon ses dires «  pêchent dans les eaux troubles et cherchent à nous ramener aux années noires », à la décennie noire.

Madani Mezrag, qui a créé la polémique ces derniers jours, avec ses menaces proférées contre le président de la république Abdelaziz Bouteflika, a déclaré avoir décidé de revenir sur ce qu’il avait appelé « la réponse forte qu’il comptait apporter » et d’écrire une lettre dans laquelle il compte rappeler au président la promesse et la charte.

Avoir attaqué le président de la république déclare avoir « décidé de revenir sur la réponse forte » qu’il comptait apporter et « d’écrire en échange une lettre sincère et forte » dans laquelle il compte apporter « des conseils » au président et lui rappeler « la promesse et la charte ».

M. Mezrag accuse, dans son communiqué, certains journalistes et les politiques d’avoir profité du conflit avec le président Bouteflika : « Ils se sont précipités et ont écrit de faux articles et déformé mes propos ».

Concernant la déclaration d’Ali Benflis dans laquelle il affirme n’avoir pris aucun engagement pour le retour de Mezrag à la politique, Mezrag l’accuse de menteur et de lâche. « Je pensais que Benflis était un homme responsable. Benflis est aveuglé par ses ambitions, sur le plan politique il s’est suicidé », écrit Mezrag dans son communiqué.

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *