Monde

Migrants : la Nouvelle-Zélande va accueillir 750 Syriens en trois ans

 La Nouvelle-Zélande a annoncé lundi qu’elle accueillerait 750 Syriens sur trois ans, soit une augmentation d’un quota d’accueil des réfugiés inchangé depuis 30 ans, mais qui reste insuffisante pour les défenseurs des droits de l’Homme.

 Le ministre de l’Immigration Michael Woodhouse a expliqué que 150 Syriens seraient accueillis dans le cadre du programme d’accueil de réfugiés déjà en vigueur et 600 autres au titre de l’urgence.
Le quota annuel actuel pour l’accueil des réfugiés en Nouvelle-Zélande, pays de 4,5 millions d’habitants, est de 750 personnes, un chiffre qui n’a pas augmenté depuis 1987.
“Comme la plupart des Néo-Zélandais, le gouvernement est très préoccupé par la crise humanitaire qui traverse la Syrie et l’Europe et qui s’est visiblement aggravée récemment”, a-t-il déclaré.

 Cette décision représente une volte-face. Le gouvernement conservateur du Premier ministre John Key avait exclu la semaine dernière de modifier le quota avant 2016.
Mais après les images choc du corps d’Aylan Kurdi, petit Syrien de trois ans échoué sur une plage turque, l’opinion publique a demandé aux autorités d’en faire plus dans cette crise migratoire, la plus grave que traverse l’Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

 D’après le ministre, le quota sera réévalué mi-2016 puis augmenté. Il a rappelé que Wellington avait accueilli 600 réfugiés supplémentaires venus de l’ex-Yougoslavie en 1999.
Amnesty International a cependant jugé cette mesure insuffisante. La Nouvelle-Zélande, qui est un pays riche, doit immédiatement doubler son quota existant à 1.500, a jugé l’ONG de défense des droits de l’Homme.
“Le gouvernement doit se demander ce qu’il peut faire, et non pas ce qu’il peut faire a minima, pour aider à sauver des vies innocentes”, a déclaré Grant Bayldon, directeur d’AI pour la Nouvelle-Zélande. “Doubler notre quota après 28 ans sans changement serait la moindre des choses”.

 M. Woodhouse a lui souligné qu’il y avait des difficultés “pratiques”. Les questions de “logements, de traducteurs, de services médicaux, sont des facteurs à prendre en compte”.
La veille, l’Australie avait déclaré qu’elle accueillerait une proportion plus grande de réfugiés syriens mais ne réviserait pas à la hausse son quota pour l’année.

 Le Premier ministre Tony Abbott a laissé entendre lundi qu’un assouplissement était possible. “Le gouvernement a la ferme intention d’accueillir un nombre significatif de gens venant de Syrie cette année”, a-t-il déclaré au Parlement. “Les femmes et les enfants dans les camps, en particulier ceux appartenant à des minorités persécutées, méritent la compassion de l’Australie”.

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *