En directAlgérie

Migrants accusés de terrorisme en Algérie : bourde ou manœuvre désespérée ?

Algérie – Est-ce une bourde, une maladresse d’une quelconque partie ou une manœuvre désespérée devant des accusations frontales et des critiques virulentes sur le traitement des migrants ?

Epinglée par l’Orgaisation des Nations-unies (ONU) sur les expulsions massives de migrants, la diplomatie algérienne dirigée par Abdelkader Messahel avait répondu par un communiqué, mais cela n’a visiblement pas suffi à endiguer la situation.

Dans une sortie très peu commune, l’Agence de presse officielle (APS) a repris une information publiée ce lundi par le quotidien francophone El-Watan. L’information dit que l’Algérie serait sur le point d’expulser “105 terroristes maliens”.

Loin d’être un scoop, cette information signée par Salima Tlemçani avait déjà été donnée par l’agence Reuters jeudi dernier et avait même fait l’objet d’un démenti de la part d’une source au Parquet d’Alger qui s’est confiée à ALG24.

Lire aussi : L’Algérie n’expulsera pas de migrants Maliens “membres d’Ansar Eddine

Les zones d’ombre

Outre notre source au Parquet d’Alger qui a démenti l’existence de cette affaire, l’on s’interroge sur comment l’arrestation de plus d’une centaine de terroristes n’a été annoncée par aucun corps sécuritaire algérien, alors que si c’était vrai, cela aurait été le coup de filet le plus important de l’histoire l’Algérie contre les groupes terroristes.

L’information rapportée par El-Watan aujourd’hui, comme celle de l’agence Reuters, parle de 105 membres du groupe terroriste “Ansar Dine” activant dans le Nord Mali. Selon les derniers chiffres communiqués, notamment, par l’AFP en 2016, “Ansar Dine” comptait moins de 200 membres au Mali. Avec les multiples opérations de la mission française Barkhane, ce nombre a fortement diminué. Si l’on prend on considération ces chiffres, avec 105 membres arrêtés, l’Algérie aurait ainsi complètement ou presque complètement démantelé ce groupe terroriste.

Une autre ambiguïté. L’Algérie n’a jamais expulsé un terroriste arrêté sur son territoire, quelque soit sa nationalité, d’autant plus que ceux arrêtés constitueraient, selon la version d’El-Watan, une menace sur la sécurité nationale, puisqu’ils avaient comme projet de “créer de nombreuses cellules sur le territoire algérien et en faire une base arrière à leurs activités terroristes”.

Messahel à Bamako dès ce lundi

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères s’est rendu en terres maliennes aujourd’hui, lundi 28 mai, pour y rencontrer des responsables et présider une réunion ministérielle du Comité de suivi de la mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Le timing jouait donc en la faveur du ministre des AE, qui se rend au Mali le jour même de la publication par la presse algérienne d’une information capable de “blanchir” l’Algérie des accusations d’expulsions massives.

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!