Monde

Ministre malien : "Nous ne voulons pas que le Sahel devienne un théâtre de conflit"

  •    « Nous ne
    voulons pas que le Sahel devienne un théâtre de conflit, un théâtre de guerre.
    Notre objectif est de faire de notre zone, une zone de sécurité », a
    déclaré le ministre à la radio Chaîne trois.
  •  
  •    « La
    responsabilité de maintenir la sécurité est d’abord fondamentalement du ressort
    des pays voisins », mais il est possible a poursuivi le ministre, « de solliciter
    l’aide des partenaires » sur le plan du renseignement, de l’observation, de
    la formation.
  •  
  •    Rejetant toute
    intervention étrangère dans la région, le chef de diplomatie malienne a ajouté
    « nous n’avons pas besoins de troupes extrarégionales ». 
  •  
  •    Abordant la
    situation de la crise en Libye, M. Maïga a affirmé qu' »elle est venue
    amplifier des menaces que nous avions déjà et qui tournaient autour de l’existence
    de groupes terroristes mafieux ». 
  •  
  •    Il a estimé que la
    situation en Libye est « dangereuse » et que « les capacités d’Aqmi
    (Al-Qaïda au Maghreb islamique) se trouvent renforcées » par la circulation
    des armes dans la région et les connexions avec des groupes mafieux.
  •  
  •    Toutefois, il  reconnaît qu’il faut être « très
    réaliste », quant aux capacités des Etats à surveiller des frontières très
    longues pour éviter la circulation des armes.
  •  
  •    L’Algérie réunit
    mercredi et jeudi les pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU et
    d’organisations internationales avec ses voisins du Sahel, pour réfléchir à une
    pacification de la région plus que jamais menacée depuis l’éclatement de la
    crise libyenne.
  •  
  •    Quelque 38
    délégations, issues de 35 pays, sont présentes aux côtés des chefs de la
    diplomatie des pays sahéliens Algérie, Mali, Mauritanie et Niger, parmi les
    plus touchés par les activités d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
  •  
  •    Des experts de la
    lutte antiterroriste, la lutte contre le crime transnational organisé et le
    développement prennent part à cette rencontre.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close