En directAlgérie

Mises à jour des enseignes portant noms des institutions administratives en arabe et en Tamazight

Algérie – Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a affirmé jeudi à Alger avoir donné des instructions aux autorités locales pour la mise à jour des enseignes portant noms des institutions administratives dans les deux langues, arabes et Tamazight, précisant que ses services avaient utilisé les caractères arabes, tifinagh et latins dans ses publications en tamazight.

Bedoui qui répondait à une question sur le choix par son ministère des caractères latins pour son premier communiqué en Tamazight concernant le hadj 2018, a déclaré que « ce pas franchi en termes de communication avec le citoyen en cette langue était, en soi, une reconnaissance de la dimension amazighe au sein de la société algérienne ».

« Cette opération a été suivie par d’autres publications officielles en Tamazight où les caractères arabes et tifinagh avaient été utilisés et nous avons donné des instructions aux autorités locales pour la mise à jour des enseignes des sièges officiels des établissements et institutions  administratives en Tamazight aux côtés de la langue arabe », a fait savoir M. Bedoui.

Affirmant que « l’orientation du ministère vers la consolidation de la communication en cette langue s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des instructions du président de la République », le ministre a rappelé que l’initiative de son département portant publication de ce communiqué en Tamazight intervenait dans le cadre « de la dynamique qu’a connue l’Algérie cette année en faveur de la dimension amazighe de l’identité nationale » et ce, a-t-il dit, « en consécration des valeurs  constitutionnelles introduites par le président Abdelaziz Bouteflika visant à renforcer l’unité et la stabilité ».

Le premier responsable du secteur a rappelé également l’amendement constitutionnel de 2002 qui a constitutionnalisé Tamazight, estimant que la réforme politique « profonde » initiée par le chef de l’Etat en 2011, « à travers de grands chantiers constituait un tournant décisif à travers lequel la langue amazighe est devenue deuxième langue nationale officielle de la République ».

Les réformes du Président de la République Abdelaziz Bouteflika ont été « couronnées » par l’amendement constitutionnel de 2016 qui est considéré comme « saut sans précédent en matière de renforcement des libertés publiques et de promotion de l’action politique », a-t-il dit, ajoutant que ces réformes ont été « un bouclier impénétrable afin de faire face à toutes tentatives de porter atteinte à l’identité nationale et d’exploiter la diversité culturelle de notre pays pour nuire à sa stabilité ».

Après avoir indiqué qu’il a été procédé à la création de l’Académie algérienne de Langue Amazighe chargée de la définition des conditions nécessaires pour promouvoir le Tamazight « en vue de la consacrer en tant que langue nationale », M. Bedoui a affirmé que l’Etat oeuvrait à « valoriser toutes les constantes de l’identité nationale ».

A ce titre, le ministre de l’Intérieur a estimé que « la décision du président de la République de consacrer Yennayer comme fête nationale et journée chômée et payé constitue une date charnière pour la promotion de l’identité nationale et le renforcement de la dimension culturelle pour la société algérienne », soulignant que « la question de la transcription de Tamazight serait tranchée par des experts sous la direction de l’Académie algérienne de la langue Amazighe ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close