En direct

Mohieddine Tahkout, un symbole de réussite

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
  • Monsieur Tahkout Mohieddine, qui refuse de justifier sa réussite par des relations extérieures ou ses liens avec le premier ministre Ahmed Ouyahia, considérant cela comme simples rumeurs sans fondements. Son succès, il le doit à ses sacrifices depuis quarante années. Tahkout a refusé de quitter Reghaïa, où il est né et ou il a grandi. Reghaïa où il a passé la décennie noire, préférant y rester pour terminer ses études. Il a quitté ses études sans même avoir été au lycée, étant convaincu que la réussite était dans le commerce qu’il commença à pratiquer depuis 1973. Son premier  investissement était dans le commerce des fruits et légumes au marché populaire de Reghaïa alors qu’il n’avait que 10 ans. Il était fier et à l’aise dans son choix. Il décrocha son doctorat en commerce, non pas d’une quelconque université, mais du terrain…
  •  
  • Un des plus importants fournisseurs du trésor public
  •  
  • L’homme d’affaire algérien, Tahkout Mohieddine, verse au trésor public plus de 60 milliards de centimes d’impôts par an et 30 milliards à la sécurité sociale. Il est venu au secteur du transport public et universitaire et est devenu grâce à ce créneau le symbole de la réussite dans le monde du business et des finances en 1989. Il n’y a pas très longtemps, il a travaillé comme boucher. Il avait acheté un local pour vendre de la viande, avec l’argent des fruits et légumes alors qu’il n’avait que 17 ans.
  • Un haut responsable de l’administration des finances confiait au magazine hebdomadaire Ennahar Week, que Mohieddine Tahkout est l’homme le plus riche en Algérie en fonction du montant des impôts versés chaque année au trésor public. C’est un homme correct qui ne travaille qu’avec son registre de commerce et l’administration des impôts n’a rien pu enregistrer contre lui comme contravention. Le responsable des impôts ajoute que « Tahkout, le plus riche des riches d’Algérie n’a aucun complexe à révéler ses registres de bénéfices.
  • Mohieddine a débuté sa carrière commerciale dans le but d’amasser de l’argent comme tout jeune aspirant à une vie meilleure. Mais dès qu’il a goûté aux succès dans le commerce, il commença à investir encore plus dans un autre secteur ; le commerce des véhicules, ensuite la fabrication des câbles de vitesse pour les vélos et motocycles, ensuite un atelier de mécanique pour camions et engins des travaux publics, un atelier de soudure et de fabrication, et enfin le transport public et les œuvres universitaires.
  •  
  • Le commerce coule dans le sang de Mohieddine depuis l’âge de 14 ans. À l’époque, il se levait à quatre heures du matin et ne rentrait chez lui que tard dans la nuit. « Pour l’histoire, je n’ai pas honte de vous dire que j’ai interrompu la scolarité d’un de mes enfants que j’ai inscrit à un centre de formation en commerce et marketing, car j’ai vu en lui les qualités d’un homme qui va réussir. Cette activité ne nécessite pas la perte de temps en va et vient de et vers l’université pour l’apprendre. Soit vous êtes commerçant, soit vous ne l’êtes pas.
  •  
  • Le petit Mahi au marché des légumes !
  •  
  • Mohieddine Tahkout, un commerçant de fruits et légumes, connu au vieux marché de Reghaïa depuis l’année 1973, où il occupait un local alors qu’il n’avait que dix ans. il a quitté les études pour se consacrer au commerce des fruits et légumes.
  •  
  • Le Rockefeller d’Algérie, comme l’appellent ses amis proches, il a prit le même parcours que le vrai Rockefeller, qui a fait fortune en vendant des légumes. Mohieddine, selon ses voisins, serait le plus jeune commerçant dans l’histoire de l’Algérie.
  •  
  • Presque tous les amis de Mohieddine sont de Reghaïa, et beaucoup son des cadres de l’administration ou des officiers de l’armée et des Douanes. Tous sont d’accord pour dire que Tahkout était un homme ambitieux qui croit en la réussite et va toujours vers l’avant tout en croyant pourvoir faire fortune en travaillant sans attendre qui que ce soit.
  •  
  • Tahkout a appris, tout au long de son parcours, que rien n’est impossible. En 1988, il a commencé à développer ses capacités dans l’achat et la revente des véhicules anciens après les avoir réparer et améliorer. Après la crise économique qui avait frappé l’Algérie, le marché commença à s’en remettre et il a pu, grâce à ses compétences, à relancer l’activité de vente de véhicules anciens, qui était la seule activité sur le marché local.
  •  
  • Ennahar

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

admin

Journaliste- Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2016.
Dans la presse électronique depuis mars 2014. Spécialisé dans l’information la culture francaise.
adresse: cité la konkord batiment 6 N°3 alger
E-mail: dzsecurity@gmail.com
Numéro de téléphone: 0558 76 14 11

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *