Culture

"Mon cabaret", le spectacle que Biyouna compte jouer en Algérie

La célèbre comidienne algérienne, Biyouna, compte jouer son spectacle « Mon cabaret » dans plusieurs villes algériennes, notamment Alger, Oran et Annaba.
En effet, c’est dans une interview accordée au quotidien Le Point qu’elle le révèle. « On est en train de préparer une tournée là-bas, Alger, Oran, Annaba, la Kabylie. Mieux, nous voudrions faire une tournée dans le Grand Maghreb, la Tunisie et le Maroc inclus », a-t-elle déclaré, se réjouissant d’avoir le droit de dire ce qu’elle veut. « Même les histoires un peu scabreuses ».
« On me réclame, j’entends des familles qui m’interpellent. Ils adorent l’interdit », dit Biyouna en parlant du public algérien, ajoutant: « Pour eux, je ne suis pas une actrice ou une comédienne. Je suis leur chose. Je suis à eux. Je le sais. C’est douloureux parfois […] Mais c’est une belle douleur. Les gens dansent à la fin, ils sortent leur stress et j’en suis heureuse : « Dansez, chantez, n’ayez pas peur, la vie est belle. » ».
Biyouna revient, dans son interview au quotidien français, à ses débuts de danseuse. « J’ai commencé par la danse, donc comme un vilain canard. Déjà, ma sœur chanteuse ne passait pas, mais moi, c’était pire, j’étais la rebelle », dit-elle, affirmant être rentrée dans la comédie « par effraction ». « J’avais 16 ans et je suis allée comme visiteuse, voir un tournage. Il y avait aussi un casting en même temps. Les filles défilaient devant le réalisateur pour jouer un rôle. J’ai alors dit au régisseur, « mais il est facile ce rôle, pourquoi il se casse la tête comme cela ». J’ai une voix qui porte et le réalisateur s’est énervé et m’a dit : « Toi, là, montre-nous ce que tu sais faire. » Il m’a dit cela devant tout le monde, une centaine de personnes, avec toute l’équipe technique. Je ne l’ai pas supporté. Je me suis alors levée et lui ai dit : « Je vous interdis de me parler comme cela. » Il a alors dit : « C’est elle. » », explique-t-elle.
-On s’entend bien, mais on sait qu’il y a un problème-
Concernant les relations algéro-françaises, Biyouna estime qu’il y a « un grand mariage entre l’Algérie et la France. Mais il y a beaucoup d’enfants. L’Algérie et la France ne se quitteront jamais, que ces pays le veuillent ou pas ».
Les qualifiant de mariage à la fois d’amour et de raison, Biyouna reconnaît tout de même l’existence d’un « problème » dans les relations algéro-françaises. « On s’entend bien, mais on sait qu’il y a un problème. Seulement, on ne sait pas lequel », a-t-elle martelé.
 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close