Economie

Morales: doter le FMI contre la crise, c'est comme alimenter le loup

  •    "C’est comme donner de l’argent au loup, ou lui confier la garde du troupeau: le loup ne va pas garder les moutons, il va les dévorer", à déclaré Morales à la presse étrangère à La Paz, commentant les décisions du G20 de Londres pour lutter contre la crise.
  •  
  •    "Il n’est pas possible que les pays du capitalisme, qui ont provoqué la crise financière, soient aujourd’hui les mêmes d’où vienne la solution", a ajouté le dirigeant socialiste, ajoutant que peu de pays sont à l’origine de cette crise financière, mais que "180 doivent y faire face".
  •  
  •    La Bolivie connaît en ce début d’année une décélération économique, et vise 5% de croissance au mieux en 2009, contre 6,5% en 2008.
  •  
  •    "Tant que nous ne toucherons pas aux points structurels du capitalisme, il sera difficile de résoudre la crise financière", a ajouté Morales à propos du G20. "Si on veut résoudre les problèmes économiques, il faut d’abord en finir avec le libre marché, puis avec le capitalisme spéculatif".
  •  
  •    Morales a remis en question le rôle du Fonds monétaire international (FMI), l’accusant de lier l’octroi de crédit à des conditions, comme "la privatisation de nos ressources naturelles, de nos services de bases, pour appliquer les modèles économiques qui font partie du système capitaliste".
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!