Monde

Mort d'un écrivain nigérian : Shell paie mais réaffirme son innocence

  •    "Shell n’avait rien à voir dans les violences qui se sont déroulées", a déclaré le groupe dans un communiqué, affirmant avoir fait "un geste humanitaire" en versant cet argent.
  •  
  •    Shell est accusé de complicité avec le régime militaire du président Sani Abacha, au pouvoir au Nigeria en 1995, dans la pendaison de l’écrivain et militant écologiste Ken Saro-Wiwa au terme d’une parodie de procès.
  •  
  •    Le fondateur très populaire du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Mosop), partisan de la non-violence, avait réussi à interrompre les activités de Shell dans le sud du pays.
  •  
  •    Il accusait le groupe de polluer l’environnement et de justifier la présence des militaires dans le Delta du Niger, sans pour autant partager ses gains avec la population locale.
  •  
  •    Qualifiant de "tragiques" les exécutions de Saro-Wiwa et de huit autres Ogonis, Shell a souligné avoir "tenté de persuader le gouvernement d’alors de faire preuve de clémence".
  •  
  •    La plainte avait été déposée par un groupe de victimes de l’ancien gouvernement nigérian, notamment le fils de Saro-Wiwa, sur la base d’une loi remontant à 1789 qui exige des sociétés ayant une présence substantielle aux Etats-Unis qu’elles respectent les lois américaines partout dans le monde.
  •  
  •    Lundi, les avocats américains des plaignants ont annoncé qu’un accord avait été trouvé avec Shell.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close