En directSociétéAlgérieSanté & Bien-être

Vidéo – Après la mort d’une enseignante… les piqûres de scorpions font deux autres victimes

Algérie – Après la mort d’une enseignante du supérieur, deux  autres enfants sont hospitalisés dans le service de réanimation suite à des piqûres de scorpions.

Après le décès du Dr Aouissat Aïcha, deux  autres enfants sont hospitalisés dans le service de réanimation suite à des piqûres de scorpions. Malgré que Aïcha est restée 10 jours dans l’hôpital de la capitale du Sud-est elle n’a pas été transférée dans un autre hôpital ni été guérie. Certaines parties ont, d’ailleurs, dénoncé l’absence de médecins spécialistes en cardiologie et en neurologie dans cet hôpital.

Concernant les piqûres de scorpions, le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati, a indiqué qu' »il y a des programmes qui ont été mis en place depuis la fin des années quatre vingt jusqu’à nos jours…mais on voit que ces programmes ne sont pas pratiqués sur le terrain ».

L’Algérie n’arrive toujours pas à s’auto-suffire dans la production du remède contre les piqûres scorpioniques

M. Khiati a, en outre, ajouté que l’Algérie est toujours en train d’importer le remède contre les piqûres de scorpions depuis l’étranger.

Malgré l’existence d’un grand nombre de scorpions dangereux en Algérie, les autorités n’arrivent toujours pas à produire une quantité suffisante de remède, contre les piqûres mortelles, et font toujours recours à l’importation de ce produit depuis l’extérieur à cause du manque de personnel spécialisé dans ce domaine.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close