Culture

Mosteghanemi traduite en anglais

Lors d’une cérémonie organisée à Regents University en collaboration avec l’ambassade d’Algérie à Londres, en présence de l’ambassadeur, Ammar Abba, du directeur de la maison d’édition Bloomsbury qui a traduit la trilogie, de membres du corps diplomatique accrédité à Londres et des journalistique la maison d’édition britannique,Bloomsbury,  a célébré lundi à Londres la parution en anglais de la trilogie de la romancière et poétesse algérienne Ahlam Mosteghanemi.

  À cette occasion,  Abba a indiqué l’importance de la traduction des ouvrages, qui constituent, a-t-il dit, une passerelle entre les peuples, ajoutant que l’art et la culture constituent un rempart contre l’extrémisme.

  De son côté, Nigel Newton, directeur des éditions Bloomsbury a souligné que sa maison d’édition accorde un intérêt particulier à la littérature arabe.

  Estimant que la traduction des oeuvres d’Ahlam Mostaghanemi permettra aux lecteurs du monde entier de connaître les préoccupations et aspirations des millions de lecteurs arabes.

  Alors que, Ahlam Mosteghanemi, auteur de “Mémoires de chair” (Dakiratou El Jassed), a souligné la responsabilité qu’incombe aujourd’hui à l’écrivain qui n’a pas droit à l’erreur, dit-elle, dans ses choix politiques, car son influence se mesure par des millions de lecteurs.

  Elle a jugé que le choix de l’écrivain qui vit aujourd’hui dans un monde à géométrie variable, doit être celui de l’Homme et de l’humanité.

 Ahlam Mosteghanemi s’est félicitée par ailleurs de ses premiers pas vers la conquête de l’Occident, soulignant que les prix et les distinctions obtenus par l’écrivain ne valent rien face à la cause qu’il défend.

commentaires

commentaires

Tags
Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *