Société

Nadia Boudina, ou l’admirable combat d’une mère pour les enfants autistes

Quoi de plus admirable que le combat d’une mère pour les enfants autistes ? Portée par son instinct maternel, une femme, mère d’un enfant autiste, qui a guerroyé ici et ailleurs pour assurer une vie normale à son fils, a fait de ce combat sa raison d’être.

Depuis qu’elle s’est penchée sur la création d’une association pour la prise en charge de cette catégorie d’enfants à Jijel, Nadia Boudina ne vit que pour cette cause. La cause de ces enfants que le destin a livrés à un contexte pas si tendre, pour pouvoir mener une vie normale. Après avoir frappé à toutes les portes, cette femme, qui vit entre son bureau où elle exerce comme directrice par intérim d’Algérie Poste de la wilaya de Jijel, et le siège de son association, est plus que jamais déterminée à ne pas lâcher prise.

Elle rêve, d’abord, d’agrandir l’espace acquis par l’association pour accueillir plus d’enfants. «Nous avons 75 enfants entièrement pris en charge par notre association, qui leur assure même la piscine grâce à un coach qui connaît bien son métier», se réjouit-elle. Débordant d’énergie, toujours souriante, disponible et affable, Nadia Boudina est cette femme qui a un sens de la communication qui en dit long sur sa spontanéité dans le combat qu’elle mène. En dépit du manque de moyens, qu’elle déplore par ailleurs, pour permettre à d’autres enfants d’intégrer les locaux de son association, elle ne désespère pas d’aller jusqu’au bout de sa mission.

«Nous avons 69 enfants qui sont en instance d’admission à notre association, nous ne pouvons pas les recevoir parce que nous n’avons pas les moyens qu’il faut», se désole-t-elle. Hanine est le nom qu’elle a choisi pour cette association, qui a fait un nom au sein du mouvement associatif à Jijel, en un laps de temps très court.

Le comble dans cet élan, est que l’argent manque très souvent pour assurer, au moins, le salaire du personnel de l’association. «Des psychologues et des orthophonistes ont besoin d’être rémunérés ; nous avons 18 personnes à payer chaque mois pour un montant global de 200 000 DA, heureusement que les subventions de l’APW nous permettent de nous en sortir plus ou moins bien, mais nous avons toujours besoin de moyens pour accueillir les enfants qui n’ont pas encore cette chance d’être pris en charge par des spécialistes», rappelle-t-elle.

Si elle se plaint des caprices de certains parents d’enfants, suivis pourtant dans de bonnes conditions pour la modique contribution de 1500 DA par mois, elle n’oublie pas de saluer les bienfaiteurs anonymes qui, par leurs aides, participent à la prise en charge des enfants autistes de la wilaya de Jijel.

«C’est l’association Kafil El Yatim d’El Milia qui nous a fait acquérir un cumulus», a-t-elle rappelé, en guise de reconnaissance à ce geste d’entraide. D’autres gestes, tout aussi nobles les uns que les autres, ont donné du courage à cette dame, qui a choisi de vivre pour la cause des enfants autistes.

Amor Z.

Source: Jijel.info

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!