SociétéAlgérie

Natalité en Algérie: le ministère de la santé tire la sonnette d’alarme

 Une étude de la direction de la population au Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, présentée à l’occasion de la Journée mondiale de la Population, a souligné que le taux de natalité en Algérie est parmi les plus élevés au monde.

Le taux brut de natalité en Algérie, soit l’effectif des naissances vivantes pour 1.000 habitants, est passé de 19,36 pour mille en 2000 à 25,40 pour 1.000 en 2017.

L’Algérie « est entrée, depuis plus d’une décennie, dans une dynamique démographique marquée par une augmentation soutenue de la natalité », souligne l’étude, qui rappelle que le volume annuel des naissances vivantes, après avoir baissé de près de la moitié entre 1985 et 2000, passant respectivement de 885.000 à 589.000, ne cesse d’augmenter, dépassant le cap de million en 2014 pour atteindre 1.067.000 naissances vivantes en 2016, suivi d’un léger recul en 2017 avec 1.060.000 naissances vivantes.

Le même document révèle aussi que la fécondité a également enregistré une augmentation entre 2000 et 2017, passant de 2,40 enfants à 3,1 enfants par femme.

A ce rythme, indique l’étude, et en supposant que ce niveau de fécondité augmenterait à 3,5 enfants par femme en 2050, la population algérienne serait de l’ordre de 72,4 millions d’habitants (contre 42 millions actuellement) avec une structure par âge « très contraignante » marquée par plus de personnes à charge (les moins de 20 ans et les 60 ans et plus).

Cette croissance démographique rapide s’inscrit dans un contexte  économique et social fortement impacté par la diminution drastique des ressources financières de l’Etat, induite par la chute des prix du pétrole sur le marché mondial.

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close