En direct

Niger: 14 salariés d'Areva rentrés en France, d'autres attendus vendredi

  • "Quatorze salariés ont préféré regagner la France pour une question de  sécurité", a-t-elle déclaré après avoir parlé, plus tôt dans la matinée, d’une  "petite vingtaine" d’employés. "Une autre dizaine de salariés est attendue dans  la soirée de vendredi à Paris", a-t-elle ajouté.
  • Il ne restera plus qu’environ 25 expatriés d’Areva au Niger. Ceux-ci auront  le choix entre rester à Niamey, la capitale, ou rentrer en France, a précisé  cette porte-parole.
  • La dernière dizaine d’expatriés qui se trouve encore à Arlit (1.000 km au  nord-est de Niamey) devrait avoir regagné la capitale du Niger durant le  week-end, précise Areva.
  • Areva avait indiqué jeudi qu’un rapatriement vers Niamey était proposé aux  salariés du groupe ainsi qu’à ses consultants extérieurs qui travaillent sur  les gisements d’uranium d’Arlit, où s’est produit jeudi matin le rapt.
  •  La France soupçonne la "mouvance Aqmi" (Al-Qaïda au Maghreb islamique)  d’être liée à l’enlèvement, a déclaré vendredi le ministre français des  Affaires étrangères Bernard Kouchner, tout en précisant qu’il n’y avait pas  pour le moment de revendication.
  • Le ministre a précisé que la plupart des Français travaillant à Arlit  étaient en cours d’évacuation vendredi vers Niamey.
  • Les sept personnes kidnappées sont un employé d’Areva et son épouse et cinq autres personnes travaillant pour Satom, filiale du groupe de bâtiment et  travaux publics Vinci, sous-traitant d’Areva sur le site d’Arlit.
  • Pour le groupe nucléaire, le Niger est un pays stratégique. Présent depuis  40 ans, il y emploie quelque 2.500 personnes, dont une cinquantaine  d’expatriés, et extrait de ses deux gisements voisins d’Arlit et d’Akokan la  moitié de sa production d’uranium.
  • Le groupe espère également mettre en service fin 2013, toujours dans le  nord du pays, le future mine géante d’uranium d’Imouraren.
  • ennaharonline/afp

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *