Monde

Niger: l'armée traque des éléments d'Aqmi après l'accrochage de dimanche

  •    "Les hommes armés qui ont eu un accrochage dimanche avec l’armée nigérienne au nord d’Arlit étaient bien des éléments islamistes d’Aqmi", a affirmé à l’AFP une source sécuritaire.
  •  
  •    Le ministère nigérien de la Défense avait d’abord évoqué un affrontement avec des "bandits armés", à 80 km de la cité minière d’Arlit. Un militaire et un combattant d’Aqmi ont été tués et six soldats blessés.
  •  
  •    Les hommes qui circulaient à bord de trois véhicules "provenaient de la Libye voisine", a indiqué la source sécuritaire sous couvert d’anonymat.
  •  
  •    "L’armée, dont des renforts sont arrivés à Arlit, ratissait encore mercredi la zone pour tenter de localiser les deux autres véhicules qui ont réussi à s’échapper à l’issue de la fusillade", a souligné une source militaire.
  •  
  •    Les caisses, contenant 640 kg d’explosifs et 435 détonateurs, trouvées dans le véhicule saisi "sont estampillées +Libye+ et sont de fabrication tchèque", a-t-elle indiqué.
  •  
  •    Ces sources n’ont pu préciser la destination des éléments d’Aqmi.
  •  
  •    Selon la source sécuritaire, leur guide, Apta Mohamed, "s’est livré lui-même à la gendarmerie d’Arlit" et pourra "faire avancer l’enquête".
  •  
  •    Cet Arabe nigérien est un ex-combattant des rébellions touareg des années 1990 et de 2007-2009 qui ont sévi dans la région d’Agadez (nord du Niger).
  •  
  •    Aqmi avait kidnappé à Arlit en septembre 2010 cinq Français, un Togolais et un Malgache. Elle retient toujours en otages quatre Français et réclame le départ des troupes françaises d’Afghanistan en échange de leur libération.
  •  
  •    La mouvance islamiste, qui a des bases au Mali et ses racines en Algérie, commet attentats, enlèvements et divers trafics dans plusieurs pays du Sahel.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close