En direct

Nord du Mali: combats touareg-islamistes à Gao, population prise en étau

 Des affrontements rebelles touareg et  islamistes se déroulaient mercredi à Gao, dans le nord du Mali contrôlé depuis  bientôt trois mois par des groupes armés aux objectifs divergents et dont les  premières victimes sont les habitants exaspérés qui subissent leur loi.    Les combats à l’arme lourde entre membres de la rébellion touareg du  Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et islamistes du Mouvement  pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont éclaté mercredi  matin dans au moins deux quartiers de Gao.    "Ca se passe non loin du gouvernorat de la ville (tenu par le MNLA), les  combattants des deux mouvements se tirent dessus à l’arme lourde", a affirmé à  l’AFP le propriétaire de la station-essence proche du gouvernorat, information  confirmée par d’autres témoins.    "On entend des coups de feu, les combattants du Mujao et du MNLA se tirent  dessus, on a peur", a ainsi déclaré Nina Oumarou, soeur d’un élu de la ville  assassiné lundi soir par des hommes armés.    Selon elle, des combattants du Mujao se sont dirigés vers un camp de la  ville tenu par les combattants du MNLA, dans le quartier du "Château d’eau".    Les tirs se poursuivaient à la mi-journée, selon des témoins, et le MNLA et  le Mujao ont reçu du renfort.    Ces affrontements surviennent au lendemain de violentes manifestations à  Gao d’habitants indignés par l’assassinat lundi du conseiller municipal Idrissa  Oumarou, enseignant et membre du parti du président malien de transition,  Dioncounda Traoré.   Des hommes armés ont tiré sur des centaines de manifestants, faisant au  moins un mort et une dizaine de blessés.    Des manifestants ont accusé le MNLA d’avoir ouvert le feu sur la foule, ce  que ce mouvement a catégoriquement démenti, parlant d’une "manipulation" du  Mujao.    Le Mujao, considéré comme un mouvement dissident d’Al-Qaïda au Maghreb  islamique (Aqmi), a annoncé l’arrestation de deux personnes accusées d’avoir  tué M. Oumarou, sans préciser s’ils étaient membres du MNLA ou non.
 
 

Algerie – ennaharonline

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!