En direct

Nouveaux projets de loi sur les associations à caractère religieux et sur les mosquées

 Deux projets de loi sont au niveau du gouvernement, l’un pour réorganiser la création des associations à caractère religieux et l’autre pour réglementer la construction et la hiérarchisation des mosquées, a annoncé dimanche l’inspecteur général au ministère des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa.Le projet de loi relatif aux associations à caractère religieux viendra combler "un vide juridique" parce que ces associations obeissaient à la loi 90-31 de 1990 qui régissait toutes les associations, quel que soit leur caractère, a précisé Mohamed Aissa, invité de la radio chaîne III.Parmi les 96 000 associations agréées à l’échelle nationale, "15 990 sont à caractère religieux", a souligné Mohamed Aissa.Les nouvelles dispositions qui seront introduites sous forme de décrets présidentiels, permettront la création de plusieurs types d’associations à caractère religieux, a-t-il dit.Il s’agit des associations dites "comité de mosquée" dont le rôle, entre autres, est la construction et l’entretien de la mosquée, des associations qui s’occupent de la création et de la gestion des écoles coraniques, et de celles dont la fonction s’intéresse à la zakat, sadaka, hadj et wakf."Les églises relèvent également de la vie associative et les associations à caractère religieux autre que musulman n’étaient pas conformes à la loi", a-il précisé."L’organisation des cultes n’est pas spécifique à l’Algérie et dans d’autres pays comme en France, par exemple, la création de lieux de culte est soumise au droit français", a insisté Mohamed Aissa.Le deuxième projet de loi déposé au niveau du secrétariat général du gouvernement, comportera des dispositions relatives à la construction et à la hiérarchisation des mosquées, a indiqué Mohamed Aissa.Ce texte vise à mettre la Grande mosquée d’Alger au sommet de la hiérarchie, suivie des mosquées au niveau des wilaya, des dairas, des communes. Au niveau des quartiers, les "moussala" (lieux de prière) seront également organisés.A une question relative à "l’apparition en Algérie, ces dernières années, des courants Salafisme, Wahabisme, Chiisme, Ahmedisme ou Takferisme", Mohamed Aissa a estimé que "la manifestation de ces sectes ne peut être qu’analysée comme une invasion étrangère".Il a cité en exemple l’Ahmedisme, qui selon lui, est "une secte qui a une complicité avec des forces étrangères, comme le sionisme international".Ces sectes visent à "déstabiliser le pouvoir en place, au Maghreb et dans le monde arabe" dans la mesure où "elles tentent de s’organiser en courants politiques", a-t-il souligné.Au sujet des lieux de prière au niveau des campus universitaires, Mohamed Aissa a confirmé que "ça échappe au contrôle du département des affaires religieuses" alors que, a-t-il précisé, c’est là "où les sectes agissent le plus pour l’endoctrinement des jeunes".Dans ce sens, il a insisté sur la nécessité d’imposer une autorisation, délivrée par le ministère des Affaires religieuses, pour toute l’invitation d’un prédicateur étranger dans les universités algériennes.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close