En direct

Nouvelles manifestations attendues à Damas, 5 morts en Syrie

Les militants syriens s’attendaient à de  nouvelles manifestations à Damas dimanche, une journée placée sous le signe de  la désobéissance civile, au lendemain de rassemblements d’une ampleur inédite  non loin du coeur de la capitale.  Ailleurs dans le pays, cinq personnes ont trouvé la mort dans les violences, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). "Nous attendons des manifestations monstres" à Damas, a affirmé à l’AFP Dib  al-Dimachqi, membre du Conseil de la révolution syrienne, ajoutant que "les  forces de sécurité sont déployées en masse autour de la ville".  Les militants tentent de mobiliser autour des premiers "martyrs" de la  capitale, jusqu’alors plus habituée aux démonstrations de force du régime avec  des rassemblements massifs et médiatisés de partisans du président Bachar  al-Assad.    Samedi, entre "15.000 et 20.000 personnes" selon l’Observatoire syrien des  droits de l’Homme (OSDH) ont participé aux funérailles de quatre manifestants  abattus la veille par les troupes du régime dans le quartier de Mazzé, les  premiers protestataires tués au coeur de la capitale.  Au cours de ces funérailles, un cinquième manifestant a péri lorsque les troupes ont tiré sur les participants à la cérémonie, devenue une manifestation  anti-régime.  Les militants pro-démocratie ont appelé à la désobéissance civile dimanche  dans la capitale sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011".    Plus au nord, dans la province de Homs, une femme a été abattue au cours de  perquisitions menées par les troupes du régime, tandis qu’un homme est mort  sous les balles des forces de sécurité dans la province d’Idleb (nord-ouest).   Par ailleurs, dans cette même région, le procureur général et un juge ainsi que leur chauffeur ont été abattus par des tireurs non identifiés, selon  l’OSDH, tandis que l’agence officielle Sana a attribué ces assassinats à des  "bandes terroristes armées". L’agence rapporte également que des "bandes terroristes armées" ont tiré  une roquette sur un réservoir de carburant de la raffinerie de Homs (centre).    Enfin, l’OSDH affirme que les bombardements, entamés le 4 février, se  poursuivent sur Homs, la "capitale de la révolution".

 

 

 

Algérie- ennaharonline 

 

 

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!