Economie

Nouvelles prévisions de la production de l'OPEP à l'horizon 2020

 

 L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a révisé à la hausse sa prévision de production à l’horizon 2020, qui resterait toutefois inférieure à la production actuelle de ses membres, selon une étude de l’organisation publiée mercredi.

 L’Opep estime qu’elle aura besoin de pomper 30,7 millions de barils par jour (mbj) en 2020, une prévision revue à la hausse de 1,7 mbj comparée à celle d’il y a un an, indique l’étude annuelle de l’organisation sur les perspectives du secteur du pétrole et de l’énergie à l’horizon 2040.

 Mais ce niveau de production reste toutefois inférieur à la quantité de brut actuellement produite par ses membres qui se situe, d’après plusieurs études, autour de 32 millions de barils par jour.

 Le plafond de production fixé par l’organisation est actuellement de 30 mbj.

 Ce quota a été reconduit lors de la réunion de l’OPEP début décembre à Vienne malgré la surabondance de l’offre et la chute des cours du brut, qui ont perdu plus de 60% de leur valeur depuis la mi-2014, à moins de 40 dollars le baril.

 Dans son étude, l’organisation estime aussi que sa part de marché passera de 33% actuellement à 37% en 2040, son niveau de production s’établissant à cet horizon à 40,7 mbj.

 L’OPEP table sur un rebond du baril à 70 dollars en 2020

Côté prix, l’étude de l’OPEP table sur un rebond du baril à 70 dollars en 2020 (en prix constant 2014) et 95 dollars en 2040, soit en prix courants, 80 dollars en 2020 et 160 dollars 2040.

 L’OPEP précise, s’agissant des prix, qu’il ne s’agit pas de « prévisions » mais « d’hypothèses de travail ».

 Par ailleurs, l’OPEP estime que la production de pétrole de schiste va continuer à augmenter jusqu’à 2025 avant d’atteindre un plateau à environ 5,6 mbj autour de l’année de 2025, pour ne décroître que « vers la fin » de la décennie 2030.

 Cette évolution s’inscrira dans un contexte de hausse globale de la demande de pétrole (OPEP et non OPEP) atteignant 97,4 mbj en 2020, contre 91,3 mbj en 2014, soit une hausse plus importante que ce qu’avait prévu le cartel dans son étude de l’an dernier (96,9 mbj en 2020).

Alors que la demande baissera dans les pays de l’OCDE, elle augmentera dans les pays en voie de développement.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close