Monde

Nouvelles scènes de désordre dans la banlieue de Tunis

  •    "Ca a recommencé cette nuit comme la nuit passée (de samedi à dimanche), ça a duré jusqu’à 5 heures du matin, un véritable jeu de chat et de la souris" entre forces de l’ordre et bande de jeunes "très alcoolisés, en plein couvre-feu", a déclaré cet habitant, Abdelrazak Haouini, joint au téléphone par l’AFP depuis Tunis.
  •  
  •    "Un des jeunes, qui était poursuivi par la police, est monté sur le toit d’une maison et il est tombé", a ajouté cet habitant, affirmant "avoir entendu que le jeune serait mort". Cette information n’a pas pu être confirmée dans l’immédiat.
  •  
  •    Des bandes de jeunes s’étaient déjà livrés à des pillages et saccages dans la nuit de samedi à dimanche malgré le couvre-feu, selon des habitants interrogés dimanche par l’AFP.
  •  
  •    Un couvre-feu avait été décrété samedi soir à Tunis et dans sa banlieue, de 21H00 à 05H00 (22H00 à 06H00 GMT) pour une durée indéterminée. Les autorités ont justifié la mesure en affirmant que des pillages et violences s’étaient produits dans la capitale tunisienne et ses environs au cours des derniers jours.
  •  
  •    "Cette nuit, il n’y a pas eu de pillages mais ces jeunes ont utilisé tout ce qui leur tombait sous la main", comme des "poubelles", "blocs de béton", et "même du carrelage pour monter des barrages sur la rue principale pour bloquer le passage aux forces de l’ordre", a déclaré M. Haouini, ajoutant que "des hélicoptères de l’armée n’ont pas cessé de survoler" la zone.
  •  
  •    "Ces jeunes qui sont très pauvres buvaient beaucoup de bière et je ne sais pas qui leur donne cet argent pour en acheter autant, je ne sais pas qui est derrière tout ça", a-t-il dit.
  •  
  •    Les autorités tunisiennes ont appelé dimanche la population à respecter le couvre-feu instauré à Tunis et sa banlieue, avertissant que tout contrevenant pourrait "s’exposer au danger".
  •  
  •    Le coeur de Tunis avait de nouveau été dimanche le théâtre d’une confrontation entre manifestants anti-gouvernementaux et policiers.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!