Monde

Obama prochainement en Turquie

  •    J’ai "un message personnel" du président Barack Obama, a-t-elle dit lors d’une conférence de presse avec son homologue turc Ali Babacan.
  •    "Le président Obama se rendra en visite en Turquie dans un mois environ", a déclaré Mme Clinton, arrivée dans la nuit de vendredi à samedi à Ankara, dernière étape d’une tournée de huit jours au Proche-Orient et en Europe.
  •    Elle a souligné que le calendrier précis de ce déplacement n’avait pas encore été arrêté et que les deux pays travaillaient sur l’agenda de cette visite.
  •    "La date exacte sera annoncée prochainement", a-t-elle ajouté.
  •    Interrogé par un journaliste, Mme Clinton a déclaré qu’elle n’était pas en mesure d’indiquer où le président Obama prononcerait le grand discours qu’il doit adresser au monde musulman.
  •    Alors qu’elle participait ensuite à une émission de télévision, Mme Clinton a expliqué avoir été informée du prochain déplacement d’Obama en Turquie dans l’avion qui l’a menée tôt samedi à Ankara.
  •    Les relations américano-turques, décrites comme "stratégiques" par les deux parties, ont connu des frictions sous l’administration du président George W. Bush, notamment après le refus en 2003 du Parlement turc d’ouvrir un front nord depuis le territoire turc pour envahir l’Irak.
  •    Ankara avait ensuite reproché au président Bush de laisser les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) lancer des attaques contre la Turquie à partir du nord de l’Irak, contrôlé par les factions kurdes, alliées des Américains.
  •    Ce n’est qu’après la décision de l’administration Bush de partager avec l’armée turque des renseignements "en temps réel" sur les mouvements du PKK à la frontière irako turque, en 2007, que les relations s’étaient améliorées.
  •    Aujourd’hui, la Turquie se dit prête à offrir son territoire comme route de sortie pour les troupes américaines quittant l’Irak.
  •    Un communiqué publié au terme des discussions entre Mme Clinton et M. Babacan souligne que les Etats-Unis continueront de renseigner l’état-major turc sur le PKK, qualifié d’"ennemi commun" par Mme Clinton.
  •    Le PKK, qui a lancé une rébellion armée en 1984 contre les forces d’Ankara, est considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l’UE et la Turquie.
  •    "Le président Obama et moi-même allons travailler avec vous pour renforcer ces liens et créer davantage d’opportunités d’oeuvrer ensemble", a dit Mme Clinton.
  •    La Turquie, pays musulman mais Etat laïque, est l’alliée des Etats-Unis au sein de l’Otan. L’occupation américaine en Irak, pays voisin de la Turquie, a terni l’image de l’Amérique chez les Turcs, opposés à la présence américaine sur le sol irakien.
  •    De source diplomatique turque, on précise qu’une possible nouvelle contribution de la Turquie à la force internationale de sécurité en Afghanistan (Isaf) a également été évoquée au cours des entretiens de Mme Clinton.
  •    La secrétaire d’Etat américaine, qui s’est entretenue auparavant avec le Premier ministre Rejeb Tayeb Erdogan, s’est félicitée en outre de la médiation turque dans une série de négociations indirectes de paix réalisées à Istanbul entre émissaires syriens et israéliens.
  •    Ces contacts ont été suspendus depuis l’offensive lancée par Israël dans la bande de Gaza (décembre janvier).
  •    Mme Clinton devait s’entretenir avec le président Abdullah Gül avant de quitter la capitale turque pour Washington dans la soirée.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!