Monde

Obama réforme les programmes de surveillance controversés de la NSA

Le président Barack Obama a annoncé vendredi des réformes dans les programmes de surveillance de l’Agence nationale de sécurité (NSA) qui avaient suscité une controverse aux Etats-Unis et de par le monde depuis leur révélation par l’ex-agent américain Edward Snowden.

Les documents confidentiels divulgués, en juin dernier, par cet ancien consultant ont révélé une surveillance à grande échelle par la NSA à travers un accès aux communications électroniques mondiales dont celles de dirigeants de plusieurs pays, par le biais d’accords passés avec les géants du net.

Lors de son discours dans lequel il a admis que ‘‘toutes les solutions possibles posent des problèmes difficiles’’, M. Obama s’est engagé notamment à une refonte de la collecte des métadonnées de téléphone qui rassemblent des millions d’enregistrements des appels téléphoniques.

A ce propos, il a fait savoir que l’accès à cette base de données des enregistrements téléphoniques par la NSA sera conditionné par une autorisation préalable d’une instance judiciaire.

Il a également demandé au Congrès d’instituer, auprès de l’instance judiciaire américaine pour les affaires de terrorisme, un panel d’experts juridiques chargés d’assurer la protection de la vie privée.

‘‘Je crois que les critiques ont raison de souligner que, sans garanties appropriées, ce type de programmes peut être utilisé pour obtenir plus d’informations sur notre vie privée et ouvrir la porte à des programmes plus intrusifs dans l’avenir", a déclaré Obama dans son allocution qui tentait de rassurer les citoyens américains et la communauté internationale sur le respect de la vie privée.

A ce propos, un comité consultatif de la Maison-Blanche a suggéré dans des recommandations publiées en décembre dernier que les enregistrements soient conservés par les compagnies téléphoniques ou par une partie tiers.

Mais ces entreprises téléphoniques se sont montrées réticentes à une telle proposition qui pourrait envenimer leurs relations avec les clients et s’avérer coûteuse.

Mais en dépit de ces réformes proposées par Obama après de longues consultations avec des membres du Congrès, des entreprises de technologie et des défenseurs de la vie privée, le gouvernement américain ne va pas changer sensiblement ce programme d’interception des communications électroniques.

Toutefois, le président a annoncé qu’il interdisait aux agences de renseignement américaines d’espionner les dirigeants étrangers considérés comme les plus proches alliés des Etats-Unis, mais tout en précisant que ces agences continueront à collecter des informations sur les intentions des gouvernements étrangers.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!