Economie

Oligarques incarcérés : Quel destin attend les entreprises en difficulté ?

Algérie – Après l’ouverture de plusieurs enquêtes à l’égard de quelques hommes d’affaires soupçonnés de corruption, la situation économique des entreprises appartenant à ces derniers ne cesse pas de se détériorer. Quel destin les attend ?

Des milliers d’employés qui n’ont commis aucune infraction se trouvent dans une situation socio-économique qui s’aggrave de jour en jour suite à l’incarcération de leurs employeurs. L’Etat va-t-il intervenir pour mettre fin à cette crise et prendre lesdites entreprises sous son aile ? Un haut responsable du ministère de l’Industrie et des Mines a mis les points sur les « i » concernant ce sujet.

Dans une déclaration, rapportée par l’agence officielle, le directeur général du développement industriel et technologique, Mustapha Hamoudi, a affirmé samedi que l’Etat n' »abandonnera » pas les entreprises se trouvant en difficulté suite à l’incarcération de leurs propriétaires notamment pour des affaires de corruption.

« L’Etat a mis en place un dispositif de sauvegarde de l’outil de production nationale avec un Comité Ad-hoc, présidé par le ministre des Finances. A travers ce dispositif, l’ensemble de ces situations, seront prises en charge », a-t-il expliqué.

« L’Etat n’abandonnera aucune entreprise et c’est l’objectif du dispositif mis en place », a-t-il soutenu.

Le gouvernement, a-t-il poursuivi, « est en train de tout faire pour qu’il n’y ait aucun impact sur l’approvisionnement du marché, la réalisation des projets et la fourniture des prestations éventuellement concernées par ces situations ».

« Que ça soit pour l’industrie automobile ou pour d’autres activités industrielles et économiques, il n’y a aucune différence », a-t-il souligné, dans sa réponse à une question sur le sort des usines de montage de véhicule, dont les propriétaires sont incarcérés.

Les déclarations du ministre de la justice

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Slimane Brahimi, avait affirmé, lundi dernier, lors d’une Journée d’étude sur la « Lutte contre la corruption et la protection de l’économie nationale », que ce combat s’appuyait sur « l’application rigoureuse de la Loi et la garantie de poursuites et de jugements en se conformant aux exigences d’un procès équitable, parallèlement à l’activation de toutes les procédures et le renforcement des mécanismes compatibles avec l’application de la Loi et la préservation des entreprises économiques ».

M.Brahimi avait, à cette occasion, recommandé l’identification de mécanismes juridiques susceptibles de préserver le bon fonctionnement des entreprises économiques et de veiller à la sauvegarde des emplois des projets, dont les promoteurs se trouvent en détention préventive pour des affaires de corruption.

Il a également appelé les participants, à cette rencontre, à l’examen « des dispositions légales et organisationnelles à même de permettre la restitution des avoirs volés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close