Economie

Opep, une vache à lait !

  •     "L’Opep est toujours prête à fournir à tout moment le pétrole dont le monde peut avoir besoin, quelle que soit la quantité demandée", a insisté le secrétaire général au cours de la conférence de presse de clôture de la sixième réunion de dialogue entre l’Opep et l’Union européenne.
  •  
  •    "Nous sommes en situation de surcapacité de production", a-t-il rappelé en ajoutant qu’il n’y avait "pas de problème de sécurité de l’approvisionnement". D’ailleurs, a-t-il souligné les "problèmes de l’année dernière étaient dus à la spéculation et non pas à des problèmes d’approvisionnement".
  •  
  •    Il a précisé que les pays du cartel respectaient actuellement à 75% leurs quotas de production fixés pendant leur réunion de décembre à Oran, en Algérie.
  •  
  •    Depuis les réductions décidées alors, le cartel n’a pas modifié ses quotas en appelant, à chacune de ses réunions depuis, à appliquer au mieux ces mêmes quotas.
  •  
  •     Alors que l’économie mondiale semble se ressaisir avec un prix du baril autour des 70 dollars, M. El Badri a affirmé que "même à 80 dollars cela ne menacerait pas la reprise mondiale", tout en notant que les inquiétudes n’apparaissent que lorsque le cours du baril de brut dépasse les 100 dollars.
  •  
  •    En juillet 2007, le cours du baril avait atteint un sommet à plus de 147 dollars.
  •  
  •    Le Commissaire européen à l’Energie, Andris Piebalgs, de son côté, a également estimé qu’un baril à 70 dollars "n’empêchait vraiment pas la reprise économique dans le monde" ajoutant que c’était "également un prix correct pour continuer à investir" dans la production pétrolière.
  •  
  •    "Mais, a-t-il averti, nous devrions rester vigilants et voir si des mesures supplémentaires seraient nécessaires pour stabiliser la situation face à d’éventuels défis".
  •  
  •     L’UE et l’Opep sont convenues de mener une étude commune sur les biocarburants, en particulier sur leurs impacts sur l’industrie du raffinage. Les deux parties vont aussi organiser une table ronde sur l’impact de la crise financière mondiale sur le secteur pétrolier.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!