Culture

Oran célèbre en musique sa désignation pour l’organisation des JM 2021

 Le théâtre de verdure Hasni Chekroune d’Oran a vibré, dans la nuit de jeudi à vendredi, au rythme de genres musicaux différents célébrant la désignation de la ville d’El Bahia pour l’organisation des Jeux Méditerranéens 2021.

 Les groupes “Democratoz”, “El Dey” et “Rym K”, qui se sont succédés sur scène, dans le cadre de la manifestation culturelle “Retour aux sources, El Bahia en fête” ont, chacun à sa manière, chanté et dépeint Oran, la capitale de l’Ouest algérien heureuse élue à Pescara, en Italie, pour l’organisation de l’édition des Jeux Méditerranéens de 2021 face à la ville tunisienne de Sfax.

 Durant la première soirée de cette manifestation, qui s’est poursuivie au-delà de 02H00, et qui doit se poursuivre jusqu’au 31 août, les trois troupes musicales n’ont pas lésiné sur les superlatifs pour féliciter l’Algérie toute entière de cette victoire mémorable de la capitale de l’ouest qui, depuis plusieurs années déjà, ambitionne de se muer en une véritable métropole méditerranéenne, et ce dans les différents domaines économique, industriel, culturel, touristique et sportif.

 Et c’est sur des rythmes endiablés du Reggae que le groupe “Democratoz”, très attendu par le public, a ouvert les “hostilités”. Saluant tout d’abord la désignation d’Oran pour l’organisation des JM 2021, le groupe a chanté quelques titres de son répertoire, tous destinés aux jeunes et à leurs préoccupations quotidiennes, usant de mots de tous les jours, le langage des jeunes d’aujourd’hui, des mots crus parfois.

 “Democratoz”, dans un style alliant Reggae et sonorités Diwan du sud algérien, et surtout avec la voix “incomparable” de son leader Sadek Bouzinou, a réussi à gagner l’intérêt des plus réfractaires à ce genre musical, même des moins jeunes, si bien que le groupe est allé, à la demande du public, au-delà du temps qui lui était imparti.

 De son côté, le célèbre groupe algérois “El Dey”, prenant le relais sur les planches du théâtre de verdure Hasni Chekroune, a, dès le début, conquis le public oranais avec des chansons que les jeunes connaissaient, d’ailleurs, par cœur.

 Dans un style alliant chaâbi et sonorités espagnoles, le groupe “El Dey”, qui maîtrise bien son sujet, a enchanté les jeunes mélomanes oranais en leur servant des “tubes” qui ont déjà fait leurs preuves.

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!