En direct

Oran: les transporteurs privés reprennent le travail après deux jours de débrayage

 Les opérateurs privés versés dans le transport en commun urbain et suburbain d’Oran ont repris mardi le travail, après deux jours de débrayage, a-t-on constaté.

 Ces opérateurs avaient enclenché leur mouvement, dimanche dernier, pour protester contre la convention d’affrètement d’une centaine de bus signée entre l’entreprise publique de transport d’Oran (ETSUO) et un partenaire privé.

 La fin de la grève a été décidée, lundi dans la soirée, à l’issue d’une réunion ayant regroupé les représentants des syndicats des transporteurs, le directeur de wilaya des transports, celui de l’ETSUO et un cadre central du ministère des Travaux publics et des Transports.

 Lors de cette réunion, il a été procédé à la mise en place d’une commission visant à dégager « les meilleures solutions possibles pour l’organisation des nouvelles lignes de transport en commun du groupement d’Oran ».

« Cette commission a pour but de discuter et de proposer les meilleures solutions possibles relativement aux nouvelles lignes devant être desservies par l’ETUSO, signataire d’une convention portant affrètement de 100 bus auprès d’une société privée », ont précisé à l’APS Cheikh Amar Noureddine et Kateb Belkacem, représentants respectifs des bureaux régionaux de l’Union nationale des transporteurs privés (UNAT) et du Syndicat national des transporteurs et des taxis (SNTT/UGTA).

 Les responsables syndicaux et le directeur de l’ETUSO ont expliqué que cette initiative permettra notamment de « trouver un terrain d’entente pour que les nouvelles lignes ne chevauchent pas sur celles déjà opérationnelles ».

 La revendication des travailleurs pour l’annulation de la convention portant affrètement de 100 bus, conclue en février dernier par l’ETUSO avec une société privée, n’a été pas été retenue.

 Dans un communiqué rendu public lundi, la direction de wilaya des transports a expliqué que « le lancement de la mise en exploitation par l’ETUSO par voie d’affrètement de quatre lignes comme première étape, vise à offrir les meilleurs conditions de confort et de sécurité pour les citoyens » et « une amélioration de la couverture spatiale du territoire de l’agglomération d’Oran et de ses localités environnantes ».

« Si le recours à l’affrètement a été, avant tout un choix économique, la procédure suivie par l’établissement public dans l’examen des offres a été très respectueuse de la règlementation des marchés publics », a-t-on assuré dans le même document.

« Notre souhait par cette opération est de servir l’usager et surtout faire de l’ETUSO la locomotive de la modernisation du transport urbain. Notre volonté est de changer la situation actuelle du transport à Oran que tout le monde qualifie d’anarchique », a-t-on ajouté dans le communiqué.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close