Monde

Oscars 2020: Parasite, Joaquin Phoenix…Revivez les grands moments de la cérémonie (Vidéo)

Le film «Parasite» du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho est entré dimanche dans la légende des Oscars en devenant le premier long-métrage en langue étrangère à obtenir le prix du «meilleur film», récompense phare d’Hollywood, rapporte l’AFP.

Signe de l’engouement des professionnels, le film a aussi reçu l’Oscar du meilleur scénario original, tandis que Bong Joon-ho a été sacré «meilleur réalisateur». Il s’est également imposé dans la catégorie du meilleur film étranger, devant notamment «Les Misérables» de Ladj Ly.

Donné comme le grand favori de cette 92e édition, «1917», film sur l’équipée de deux jeunes soldats dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, construit comme un plan séquence long de deux heures, doit se contenter de trois prix: l’Oscar de la meilleure photographie pour Roger Deakins, et deux autres dans des catégories techniques (son et effets spéciaux).

Vive déception également pour le très respecté Martin Scorsese dont le thriller politico-mafieux produit par Netflix, «The Irishman», repart bredouille malgré dix nominations, parmi lesquelles Al Pacino et Joe Pesci, sans oublier le réalisateur lui-même.

Martin Scorsese a tout de même reçu un hommage appuyé et émouvant de Bong Joon-ho, rappelant comment il avait «étudié ses films à l’école».

Maigre moisson enfin pour Quentin Tarantino – lui aussi chaleureusement salué par Bong – qui jouait pourtant à domicile avec «Once Upon a Time… in Hollywood», ode à son enfance à Los Angeles et au cinéma. Le film repart avec seulement deux Oscars au total, dont un à Brad Pitt en tant que second rôle aux côtés de Leonardo DiCaprio.

Meilleurs acteurs

C’est Joaquin Phoenix qui a été désigné meilleur acteur pour son rôle choc de «Joker» sombrant dans la folie et le meurtre, tandis que Renée Zellweger a reçu comme prévu la statuette dorée dans la catégorie meilleure actrice pour son incarnation de Judy Garland dans «Judy».

Très ému, Joaquin Phoenix, végétarien et militant écologiste de longue date, a une nouvelle fois consacré une partie de son discours à regretter une «vision du monde égocentrique» qui aboutit à la destruction de l’environnement.

Plus prosaïque mais tout aussi larmoyante, Renée Zellweger a quant à elle dédié sa statuette à Judy Garland qui «n’a jamais reçu cet honneur de son vivant».

L’Américaine Laura Dern a enfin été primée pour son rôle d’avocate impitoyable dans le divorce tumultueux mis en scène par «Marriage Story», le cadeau rêvé à la veille de son 53e anniversaire.

AFP

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close