Monde

Otages: le voyagiste Point Afrique suspend ses derniers vols dans le Sahel

  •    "Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique, nldr) a remporté la première manche. La peur s’est installée. Les touristes ne viennent plus", a expliqué M. Freund.
  •  
  •    "J’arrête tout: Atar en Mauritanie et Mopti (Mali) bientôt", a déclaré M. Freund qui "reporte aussi le lancement en février du Tchad, pays où pourtant il n’y a pas Aqmi".
  •  
  •    "Il n’y a pas assez de monde. Nos réserves financières fondent", a-t-il résumé en expliquant par exemple qu’il n’y avait que "9 personnes dans l’avion début janvier entre Paris et Atar".
  •  
  •    Même chose pour Mopti qui dessert le pays Dogon: "Je maintiens les vols jusqu’au 23 janvier pour assurer le retour des vacanciers. Il y a 80 personnes par vol là où l’équilibre financier est à 120".
  •  
  •    Mardi, le ministère français des Affaires étrangères a mis en garde les voyagistes contre le tourisme au Sahel où plus aucune zone, que ce soit au Mali, en Mauritanie ou au Niger, n’est considérée comme sûre et où il est recommandé de ne pas se rendre "sauf raison impérative".
  •  
  •    Point Afrique avait décidé le 22 septembre de supprimer six des sept destinations qu’elle proposait dans le Sahel (du sud algérien au nord du Niger), après l’enlèvement par Aqmi de sept personnes (cinq Français, un Malgache et un Togolais) à Arlit (Niger).
  •  
  •    Fin décembre, il avait rouvert l’une d’entre elles, Atar dans le nord de la Mauritanie.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!