En direct

Ould Kablia:«les chefs du FIS n’ont aucune influence sur la nouvelle génération»

  • Dans une déclaration à l’AFP, le ministre de l’intérieur a fait savoir que « les années de violence qu’a connue l’Algérie dans les années quatre-vingt dix ne reviendront pas malgré les émeutes enregistrées dans plusieurs villes algériennes ». le ministre précise que « le calme est revenu dans la majorité des villes à l’exception de Béjaïa, Tlemcen et Boumerdès ».
  • Questionné sur le rôle que pourraient jouer les dirigeants du FIS dissous dans ces protestations, faisant allusion au numéro deux du parti dissous, Ali Belhadj, qui a tenté de récupérer les émeutiers lorsqu’il s’était déplacé à Bab El Oued mercredi dernier, Ould Kablia a répondu que l’influence de ces derniers est très limitée. Et d’ajouter que la nouvelle génération est très différente de celle des années quatre-vingt dix.
  •  
  • Par ailleurs, le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, a déclaré à la télévision algérienne et à l’APS que l’état ne compte pas éradiquer le marché parallèle. Les rumeurs sur l’interdiction aux jeunes d’exercer des activités commerciales près des marchés et la démolition des bidonvilles étaient à l’origine des protestations et des émeutes.
  • Selon le ministre, les jeunes qui ont prit part aux émeutes qu’ont connues plusieurs régions du pays n’ont fait que brûlé des pneus, pillé et détruit des biens publics.
  • Après quatre jours d’émeute, il y a eu 637 blessés dans les rangs des forces de sécurité et 53 parmi les manifestants. 1000 personnes ont été arrêtées et plusieurs mineurs relâchés.
  • Des instructions ont été données aux agents des services de sécurité à ne pas utiliser leurs armes même pour se défendre.
  •  
  • Ennahar/ Mohamed Bessa

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close