Monde

Pakistan: manifestation antiaméricaine à Islamabad

 Des centaines de personnes ont  manifesté lundi à Islamabad notamment contre les tirs des drones de la CIA  visant Al-Qaïda et les talibans dans le nord-ouest du Pakistan, un Etat allié  depuis fin 2001 à Washington mais à l’opinion publique farouchement  antiaméricaine.    La manifestation, du même genre que celles qui rassemblent régulièrement  des centaines, voire des milliers de personnes dans les grandes villes depuis  des années, se tenait à l’appel d’un collectif d’une quarantaine de partis et  organisations musulmanes radicales, dont certaines interdites au Pakistan.    Outre les attaques parfois quasi-quotidiennes des drones américains, les  manifestants protestaient également contre la réouverture prévue prochainement  de la route pour les convois de ravitaillement de la force de l’Otan, composée  aux deux tiers de soldats américains, en Afghanistan.     Après que des appareils américains sous la bannière de l’Otan eurent  bombardé par erreur un poste militaire pakistanais près de la frontière afghane  en novembre, tuant 24 soldats, Islamabad, pourtant l’allié-clé de Washington  dans sa "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001, avait fermé la route aux  convois logistiques de l’Otan.    "Dehors l’Amérique, dehors !", "Non à l’Otan !", "Arrogants Américains, les  autres sont aussi des être humains !" ou "Les chaînes de l’esclavage vont se  briser !" étaient les slogans inscrits sur les bannières en tête d’un cortège  de manifestants non loin du quartier des ministères et de l’"enclave  diplomatique", une gigantesque "zone rouge" ultra-protégée, qui abrite  notamment la plupart des ambassades occidentales, a constaté un journaliste de  l’AFP.   L’accès à cette zone était barré par des centaines de policiers en tenue  anti-émeute ayant revêtu des gilets pare-balles.   Les manifestants n’étaient que des centaines au début du rassemblement mais  les organisateurs disaient en attendre "au moins 20.000". "Nous avons installé  10.000 chaises", a ajouté un responsable du Conseil de Défense du Pakistan (DPC  pour le sigle en anglais), le collectif ayant appelé à manifester.    Le DPC compte dans ses rangs la Jamaat ud-Dawa, un mouvement interdit,  considéré comme un faux-nez du Lashkar-e-Taïba, un groupe accusé notamment  d’avoir perpétré les attaques coordonnées de Bombay en 2008.

 

 

 

Algérie- ennaharonline  

 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!