Santé & Bien-être

Un «pansement contre le cancer» pour faire pénétrer les médicaments à travers la peau

Des chercheurs russes et australiens ont mis au point une nouvelle méthode pour administrer les médicaments. Ils suggèrent d’introduire les substances médicales à travers la peau à l’aide de micro-aiguilles installées sur un pansement adhésif. Cette méthode permettra d’éviter les inconvénients des pilules et des injections.

Des scientifiques russes planchent déjà sur la création d’un pansement-immunomodulateur pour les personnes atteintes du cancer. A terme, il est prévu d’appliquer cette nouvelle méthode pour les analgésiques puissants, les médicaments contre les troubles de la mémoire et les moyens de contraception, écrit mercredi le quotidien Izvestia.

Une telle méthode a été sollicitée face à l’impossibilité d’«envelopper» toutes les substances actives dans des pilules, explique Iouri Anissimov, professeur à la chaire des sciences naturelles de l’université Griffith et chercheur à l’Institut de médecine moléculaire de l’université Setchenovski.

«Le transport transdermique des médicaments est indéniablement un domaine prometteur. Les cachets habituels passent à travers le tube gastro-intestinal, les vaisseaux sanguins périphériques et le foie avant d’atteindre le système sanguin. Certains médicaments comme le paracétamol sont absorbés à 95% par les processus métaboliques. Il est possible d’éviter cela en administrant le médicament à travers la peau», note le spécialiste.

La couche supérieure de l’épiderme humain empêche les toxines extérieures de pénétrer dans l’organisme. Il ne peut donc être traversé que par des substances de faible masse moléculaire. C’est pourquoi les chercheurs proposent de contourner cet obstacle en perçant cette couche de la peau avec des aiguilles miniatures.

Ainsi, des pansements adhésifs dotés de micro-aiguilles d’un demi-millimètre sont collés sur la peau et introduisent le médicament enveloppé dans des nano-capsules. Puis le liquide intercellulaire évacue progressivement la substance active de la couche sous-cutanée vers le flux sanguin. Les nano-capsules s’ouvrent dans un délai préalablement prévu, ce qui permet d’introduire le médicament progressivement — par exemple durant une semaine. Contrairement aux piqûres, les patients n’éprouvent pas de douleur et il n’est pas nécessaire d’effectuer des injections plusieurs fois par jour.

Le groupe de chercheurs planche déjà sur la création d’un immunomodulateur sur la base d’un interféron sous la forme d’un tel «pansement intelligent». Ce médicament sera notamment destiné aux patients atteints de maladies cancéreuses et d’hépatites virales.

La nouvelle méthode d’administration transdermique de médicaments est également prometteuse pour injecter des analgésiques puissants et des médicaments prévus pour soigner les troubles de la mémoire: plus besoin de rappeler aux patients de prendre des pilules, il suffira de coller le pansement, qui peut être actif pendant longtemps. Il est également prévu d’appliquer la nouvelle méthode aux produits contraceptifs.

Les «pansements adhésifs intelligents» seront testés sur l’épiderme humain obtenu lors des opérations de chirurgie esthétique. A présent, cette méthode s’approche du stade des essais précliniques sur des animaux.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Sputnik

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close