Monde

Paris: Ouverture du procès de deux groupes d'islamistes présumés

  •    Les neuf hommes sont soupçonnés d’entente en vue de la préparation d’attentats et d’acquisition et détention d’armes, les enquêteurs ayant retrouvé lors des perquisitions une dizaine d’armes, dont un fusil d’assaut Kalachnikov et des pistolets automatiques.
  •    Les cinq hommes du premier groupe situé à Besançon (est) – un Algérien et quatre Français, dont trois d’origine bosniaque et un d’origine algérienne – sont accusés, en particulier sur la foi des services de renseignements, de s’être livrés à des entraînements au combat rapproché et au maniement d’armes.
  •    L’un des prévenus est enseignant dans un lycée professionnel, un autre a combattu avec l’armée bosniaque lors du conflit intercommunautaire.
  •    Ces entraînements ont eu lieu dans les environs de Besançon, notamment du printemps 2005 à l’automne 2006 et regroupaient jusqu’à une dizaine de personnes, selon l’accusation.
  •    Le groupe de Besançon a été infiltré de fin janvier à novembre 2007, mais "il n’est pas ressorti grand chose de cette infiltration hormis qu’elle soulignait une pratique rigoriste de l’islam et des pratiques paramilitaires", selon la présidente de la 14e chambre correctionnelle.
  •    Ce groupe est également soupçonné d’avoir voulu prendre le contrôle d’une salle de prière de Besançon en évinçant l’imam en place afin d’imposer un islam radical.
  •    Parallèlement, quatre hommes, dits du groupe de Carcassonne (sud-ouest), sont à leurs côtés sur le banc des prévenus, également soupçonnés d’avoir organisé des entraînements paramilitaires en lien avec le groupe de Besançon.
  •    Des liens de parenté entre les membres des deux groupes et des écoutes téléphoniques ont établi un lien entre les deux équipes, selon l’accusation.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close