En direct

Peine capitale pour un repenti dans l'attentat anti-Bouteflika 2007

  •    L’explosion d’un kamikaze sur le passage du convoi avait raté le cortège du chef de l’Etat en visite à Batna, zone montagneuse de l’est du pays. Le corps déchiqueté d’un islamiste de l’ouest algérien avait été partiellement retrouvé.
  •  
  •    Le condamné à mort, Walid Zeghina, 28 ans, est un repenti qui avait bénéficié du programme de réconciliation nationale en 2006, liberté et aide à la réinsertion en échange du dépôt d’armes et renonciation à la violence.
  •  
  •    Considéré recruteur de mineurs au service d’une idéologie radicale, il a été reconnu coupable d’"homicide volontaire avec préméditation", "blessures volontaires", "possession et usage d’explosifs dans des lieux publics" et "participation à des organisations terroristes".
  •  
  •    Il n’y a pas eu en Algérie de condamnation à mort exécutée depuis 1993.
  •    La veille, a la réouverture du procès au tribunal criminel de Batna, le juge avait passé au crible pendant trois heures Zeghina, un homme aux déclarations contradictoires. "Vous avez bénéficié des dispositions de la réconciliation nationale et on ne vous a même pas fait de dossier", lui avait-il dit, cité par El-Watan, comme pour souligner la confiance qui lui avait alors été accordée.
  •  
  •    Zeghina avait rétorqué qu’il avait dû s’exécuter sous la menace du réel commanditaire de l’attentat, l’émir (chef) de la "Katibet el-Maout" (la phalange de la mort) Ali Mehira Ali, dit Abou Rawaha.
  •  
  •    Ce dernier, membre des ex-GSPC devenu Al-Qaïda du Maghreb islamique (AQMI, responsable de nombres d’attentats et d’enlèvements d’étrangers) est activement recherché depuis 16 ans.
  •  
  •    La seconde peine la plus sévère, 15 ans de prison ferme, a été prononcée contre Mohamed Lamine Dib, un chauffeur de taxi clandestin qui avait transporté le kamikaze et l’accusé principal.
  •  
  •    A l’annonce de la sentence, un vent d’exclamations de surprise a été entendu dans la salle du tribunal pleine à craquer, a constaté le correspondant de l’AFP. Le chauffeur, faisaient remarquer certains, n’était pas membre du groupe terroriste et sa course lui avait même été payée.
  •  
  •    La veille, le représentant du ministère public avait requis la peine capitale contre les deux accusés.
  •  
  •    Un autre membre du réseau, Hicham Amara, a également écopé de 15 ans pour préparation de l’attentat.
  •  
  •    Deux accusés ont été condamnés à quatre ans de prison, quatre autres à trois ans tous pour dissimulation d’informations et non dénonciation de crime.
  •  
  •    Imad Khaldi, mineur en 2007, a été eu cinq ans pour les mêmes chefs d’accusation que Zeghina mais a bénéficié de circonstances atténuantes.
  •  
  •    Un autre a été relaxé et un mineur au moment des faits, déjà emprisonné durant 18 mois, avait comparu mercredi comme témoin.
  •  
  •    Des condamnations à la peine capitale par contumace ont également été  prononcées contre des accusés en fuite.
  •  
  •    L’affaire a impliqué un total de 63 personnes.
  •    M. Bouteflika avait été invité à la barre des témoins mais il a renoncé. La présidence a indiqué qu’il réclamait un milliard de dinars (10 millions d’euros) de dommages et intérêts pour les familles des défunts policiers chargés de sa sécurité.
  •  
  •    S’agissant de la plainte civile, le tribunal a ordonné le versement par les deux premiers condamnés de la somme de 20 millions de dinars (200.000 euros) au Trésor public, sans préjudice des droits du reste des victimes et de leurs ayants droit, a rapporté de son côté l’APS.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close