SociétéAlgérie

Permis de conduire : Bientôt un permis de « Chauffeur Professionnel »

Algérie – Secourisme, mécaniques, prise de conscience des dangers de la route… Autant de modules qui vont bientôt être enseignés aux conducteurs de  transports de marchandises et de personnes. Avec à la clé, un sésame : « le permis de conduire professionnel ».

Ainsi, une nouvelle disposition du ministère du transport oblige les détenteurs de permis « lourd » et « transport en commun » de se former dans des écoles de conduite spécialisées dans le recyclage. Le but de la démarche tient en une phrase : arrêter l’hémorragie des accidents de la route et ses milliers de morts chaque année. A cet effet, plusieurs écoles commencent à fleurir ça et là.

A Bejaia, Baderddine Ourai, Directeur d’un Centre d’apprentissage donnait un aperçu de son établissement, ce dimanche matin, à la chaîne de télévision Ennahar. « On a une équipe qualifiée qui enseigne une palette variée de modules. A cet effet, nous avons des ingénieurs en permis de conduire, un pompier pour le secourisme ou encore un ingénieur pour le coté mécanique ».

« Si on ne sait pas conduire, on ne doit pas conduire »

A ceux, parmi les chauffeurs, qui font état d’une incapacité à lire ou écrire, la réponse ne s’est pas faite attendre. Pour Ali Dahmani, formateur dans un centre d’apprentissage de la conduite professionnelle à Béjaia, les choses sont limpides.

« On fait ce qu’on peut pour aider au mieux. Pour autant, si on ne sait pas conduire, on ne doit pas conduire. Si le candidat ne réussit pas, il n’aura pas son permis. Il épargnera sa vie et celle de beaucoup d’autres innocents. »

Lire aussi : Permis de conduire : 40.000 dinars, pour 55 heures d’apprentissage à partir d’Avril

9 accidents sur 10 sont dus au facteur humain !

Une décision d’autant pertinente que tous les rapports l’indiquent : la majorité des accidents de la route sont directement liés au facteur humain. En témoigne une étude de la Gendarmerie Nationale, rendue publique récemment. Cette dernière indique que « le facteur humain est à l’origine de 92.95% des accidents ». Les principales raisons mises en causes : l’excès de vitesse et les dépassements dangereux ».

De plus, les titulaires de permis de conduire de moins de deux ans sont à l’origine de 42,11% des accidents. La GN précise que 10.470 conducteurs détenaient ce permis.

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close