Economie

Pétrole: le Brent frôle la barre des 50 dollars vendredi à Londres

Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d’échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays de l’OPEP et de leurs partenaires sur l’avenir de l’accord de baisse de la production d’or noir.

En début d’après-midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 49,52 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 22 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour la même échéance, devenue contrat de référence vendredi, gagnait 18 cents à 47,10 dollars.

Sur fond de surabondance chronique de pétrole sur les marchés, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, dont la Russie, se réuniront samedi 22 et lundi 24 juillet pour discuter de l’avenir de l’accord de limitation de production qui les lie depuis le début de l’année.

“Les participants au marchés tournent leur attention vers la réunion des représentants des pays de l’OPEP et non-OPEP participant aux limitations de production”, ont expliqué les analystes.

“Des spéculations ont émergé selon lesquelles l’Arabie Saoudite pourrait  vouloir réduire davantage sa production de façon unilatérale mais nous considérons cela très peu probable. Un autre sujet qui sera abordé sera celui de la Libye et du Nigeria, maintenant que ces pays – exemptés des limitations jusqu’à présent – ont augmenté leur production de façon importante, au point de contrecarrer en partie les limitations des autres pays”, ont ajouté ces experts.

Un autre facteur de déprime des cours provient de la hausse de la production américaine de pétrole de schiste mais les Etats-Unis seront absents de ces réunions, faisant planer au-dessus de ces conciliabules l’ombre de la surabondance.

“Pour autant, les prix du brut devraient finir la semaine en hausse, même si les opérateurs ne vont pas se lancer dans d’audacieux paris avant la réunion de l’OPEP/non-OPEP” à Saint-Pétersbourg, a jugé un analyste.

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!