Monde

Philipppines: le bilan du typhon Koppu grimpe à 47 morts

 La situation s’améliorait mercredi dans le nord des Philippines après le passage dévastateur du typhon Koppu mais le bilan des intempéries s’est aggravé à 47 morts.

 Des dizaines de milliers de personnes étaient toujours réfugiées dans des hébergements d’urgence.
Le typhon a touché terre dimanche sur la côte orientale de Luzon, la principale île de l’archipel, accompagné de vents soufflant en rafales de 210 km/h. Il a provoqué des inondations dans les vastes plaines agricoles situées au nord de Manille où des récoltes ont été détruites et du bétail a été noyé. “Même si l’eau continue de ruisseler, le niveau baisse dans certains secteurs”, a déclaré Mahar Lagmay, directeur d’une agence gouvernementale chargée de limiter l’impact des catastrophes naturelles.

 Les pluies sur les zones montagneuses, principales responsables des inondations des derniers jours, ont baissé en intensité, a-t-il ajouté. Le typhon, qui s’est transformé en tempête tropicale, a quitté Luzon mercredi.
Dix-sept personnes ont trouvé la mort dans les régions agricoles de Luzon, selon un bilan compilé par l’AFP à partir des chiffres officiels des autorités locales et nationales. Plus de 300 villages ont été inondés.

 Seize personnes ont été tuées dans les zones de montagne où se sont produits des glissements de terrain, a dit un porte-parole régional de la sécurité civile. Quatorze autres personnes ont péri à cause du mauvais temps dans d’autres régions. L’augmentation subite du bilan, qui s’élevait à 22 morts mardi, s’explique en partie par les informations qui arrivent en provenance des régions les plus reculés, pas par de nouveaux décès.

 Les Philippines subissent régulièrement des tempêtes, avec en moyenne chaque année une vingtaine de typhons. L’archipel aux 1.700 îles est souvent la première masse terrestre d’importance que rencontrent les typhons qui se forment dans l’océan Pacifique. Les scientifiques estiment que la virulence des tempêtes de ces dernières années est imputable au changement climatique.
En novembre 2013, le supertyphon Haiyan, le plus violent à jamais toucher terre, avait rasé des villes entières et fait plus de 7.350 morts ou disparus.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!