En direct

Plus de 2000 harkis et goumiers pour entraver le cours de la guerre de libération

  • Chawki Abdelkrim, qui a animé une conférence à l’école de police, à l’occasion de la fête de l’indépendance, a retracé les étapes de la révolution algérienne de 1830 au 5 juillet 1962, faisant savoir que l’indépendance n’a pas été facile mais a été arraché au prix de grands sacrifices.
  • Les révolutionnaires algériens voulaient briser les chaînes de l’esclavage et du colonialisme, selon le conférencier qui a cité en exemple le Moudjahid algérien qui a tué le Harki nommé « Echakane » d’une seule balle alors que ce dernier était assis devant le président français et regardait la finale de la coupe de France.
  • La révolution algérienne n’était pas sauvage, mais aspirait à l’indépendance du peuple et à une vie libre.
  • Le conférencier a évoqué les dangers que représentaient les traîtres en disant dans ce sens « celui qui trahi une fois trahira cent fois », et d’ajouter que la révolution était sortie du peuple qui l’avait adopté et que l’ennemi avait reconnu par la suite. Cette révolution que la France avait échouée, malgré les moyens dont elle disposait, à éliminer.
  •  
  • Ennahar/ Zaïdi Aftis
  •  
  •  
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close