Monde

Portugal: Sarkozy et Merkel au carnaval de Loulé, qui se moque de la crise

  Un faux Nicolas Sarkozy souriant conduisant  un fourgon blindé à côté d’une fausse Angela Merkel, pour sauver les pays du  sud de l’Europe, ont défilé ce week-end dans les rues de Loulé (sud du  Portugal), à l’occasion du carnaval de cette ville, qui a décidé de tourner la  crise en dérision. "La crise? Mieux vaut en rire, plutôt que l’inverse!", lance une habitante  de Loulé d’une quarantaine d’années en regardant passer le couple  franco-allemand, à bord d’un fourgon bleu, couleur du drapeau européen, suivant  des panneaux fléchés indiquant les noms des pays du sud de l’Europe. Juste derrière, sur un autre char se trouve un bonhomme rondouillard,  lunettes sur le bout du nez, assis sur un fauteuil doré frappé à l’arrière dusymbole de l’euro, avec devant lui un homme du peuple, agenouillé, pantalons  retroussés, lui offrant une coupe pleine de pièces d’euros.  La crise européenne, l’austérité, la rigueur demandée aux Portugais, dont  le pays est actuellement sous assistance financière internationale, ont  largement inspiré cette année le traditionnel carnaval de Loulé, créé il y a  plus d’un siècle.  Les festivités, qui se déroulent entre samedi et mardi, coïncident en outre  avec la visite de la troïka représentant les créanciers du Portugal — UE,  Banque centrale européenne, FMI –, qui ont entamé mercredi leur mission  trimestrielle chargée d’évaluer la mise en oeuvre du programme de rigueur exigé  du pays.  "Troïka la crise… par le carnaval", proclame l’affiche officielle qui  invite, grâce à un jeu de mots phonétique, à "remplacer la troïka par le  carnaval".  "Je crois que le thème de la crise ne pouvait mieux tomber", souligne JoaoMota, un Lisboète qui a parcouru 250 km avec sa femme et ses deux jeunes  enfants pour assister au plus vieux carnaval du pays.    "On va en profiter pour s’amuser ce week-end et ne pas trop penser au  reste. On a assez de malheurs comme ça!", confie à l’AFP un retraité qui essaye  d’attraper des confettis lancés de la quinzaine de chars qui défilent sur  l’avenue principale de Loulé.  Les thèmes liés à la politique nationale sont également très présents dans  le défilé.   "Moi je fais le pont", proclame une pancarte brandie par un ouvrier, en  référence à la décision du Premier ministre, Pedro Passos Coelho, défilant en  tenue militaire dans un char de guerre, de supprimer cette année le jour férié  traditionnellement accordé aux fonctionnaires pour les réjouissances du mardi  gras.    Le président portugais Anibal Cavaco Silva, qui a récemment soulevé une  polémique après s’être plaint d’une retraite insuffisante, figure également en  bonne place.  "L’aumône pour le président", peut-on lire sur une pancarte accrochée du  cou d’un géant représentant le chef de l’Etat, alors que des spectateurs lui tendent des poches vides.  Situé dans la région de l’Algarve, principale destination touristique du  pays, le carnaval de Loulé attire également de nombreux touristes visiblement  séduits par le spectacle.  "C’est très réussi! Le carnaval c’est le moment de tous les excès.  L’occasion de se moquer du pouvoir", lance Annick Scalone, une fonctionnaire de  l’Education nationale qui est venue de France avec un groupe d’amis. En raison des mesures d’austérité en vigueur, Loulé a dû s’adapter cette  année à un budget de 250.000 euros, amputé d’environ 100.000 euros, au grand  dam dess habitués.  "Oh! Cela n’a plus rien à voir avec les années précédentes. On voit bien  qu’on est en période de crise", se lamente Maria Cavaco, une septuagénaire de  Loulé. "Avant, il y avait beaucoup plus de monde. C’était beaucoup plus gai et  joyeux", renchérit une voisine.   Malgré l’austérité, les organisateurs espèrent attirer 50.000 spectateurs  jusqu’à mardi prochain.

 

 

Algérie- ennaharonline  

 

 

 

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close