Sports

Premier championnat professionnel de football lancé en septembre

  •    Le championnat amateur en vigueur dans le pays depuis l’indépendance en 1962 laissera la place à un championnat professionnel constitué de deux divisions, la ligue 1 et la ligue 2, composées chacune de 16 clubs, a précisé M. Raouraoua au cours d’une conférence de presse à Alger.
  •    L’objectif de la professionnalisation du football est "d’assurer un développement harmonieux au football national afin de pouvoir participer aux compétitions internationales de façon permanente", a-t-il ajouté.
  •    L’Equipe algérienne de football est constituée en grande majorité de joueurs évoluant et formés à l’étranger notamment en France.
  •    L’entraîneur de la sélection algérienne, Rabah Saâdane se plaint souvent de ne pas trouver des joueurs du championnat local capables de jouer en équipe nationale.
  •    Les clubs amateurs ont été obligés de constituer des sociétés par actions (SPA) et de satisfaire à de nombreux critères comme disposer d’infrastructures sportives adéquates, de centres de formation et des ressources financières nécessaires pour prendre part au championnat professionnel.
  •    Par souci de transparence, tous les salaires dont ceux des dirigeants et des joueurs devront notamment être déclarés au fisc.
  •    "Les clubs qui ne remplissent pas ces critères ne peuvent pas participer au championnat professionnel. Ils joueront dans le championnat amateur", a expliqué M. Raouraoua.
  •    L’Etat algérien a décidé d’accorder des aides directes et indirectes aux clubs professionnels en leur octroyant des terrains pour construire des centres de formation, des prêts d’un million d’euros chacun et des avantages fiscaux et parafiscaux, selon M. Raouraoua.
  •    La FAF a mis en place des conditions "draconiennes" pour le recrutement de joueurs étrangers, a ajouté M. Raouraoua. "Nous autorisons un seul joueur étranger par match lors des compétitions nationales. Le joueur étranger doit être un international de moins de 27 ans et le club recruteur doit être en mesure de payer ses salaires et de lui offrir des conditions de vie décentes", a-t-il dit.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!