Santé & Bien-être

Près de 90 cas d’hépatites B et C enregistrés à Alger au 1 er semestre 2018

Algérie – Près de 90 cas d’hépatites B et C ont été enregistrés, durant le premier semestre 2018 à Alger, a indiqué mardi une responsable de la direction de la santé, de la population et de la réforme hospitalière de la wilaya.

Bourkiche Zekagh Nadia, Chef de service des activités sanitaires et des produits pharmaceutiques, citée par l’APS, a indiqué que 89 cas d’hépatites B et C avaient été enregistrés durant le premier semestre 2018, précisant que la majorité des malades est suivie au niveau des services de référence des maladies infectieuses, qui sont dotés des différents produits pharmaceutiques et des personnels médical et paramédical spécialisés.

Dr. Zekagh a fait savoir que ces cas avaient été enregistrés suite aux analyses de dépistage des hépatites B et C, effectuées sur plus de 9.000 personnes au niveau des trois centres de référence de la wilaya.

La responsable a dit que les différents services et laboratoires médicaux relevant des établissements publics de la wilaya (EPH), assurent les analyses permettant de procéder au dépistage de cette pathologie et au contrôle des dons de sang pour s’assurer de leur intégrité, ainsi que de l’état de stérilisation des équipements médicaux.

Elle a souligné que les prestations de santé, y compris les médicaments antiviraux de l’hépatite et les soins sont assurés, à titre gratuit, à tous les porteurs du virus.

« L’Algérie est classée parmi les pays à faible prévalence de la maladie et a pris des mesures préventives à travers la mise en place d’un programme national de lutte contre cette pathologie, en réduisant les cas d’atteinte et de contagion à travers l’introduction du vaccin contre l’hépatite B et en assurant les moyens nécessaires pour son dépistage précoce et son traitement gratuit en dépit de ses coûts élevés », a-t-elle rappelé.

Les cas d’atteinte de maladies transmissibles par le sang, notamment l’hépatite virale, sont en baisse continue chaque année, et ce, grâce à la réactivation du programme des campagnes préventives, qui repose sur deux mécanismes de sensibilisation aux dangers de cette maladie, à travers des programmes de sensibilisation destinés aux différentes catégories de la société, étant le seul dispositif permettant le dépistage précoce des cas d’atteinte et la lutte contre cette maladie.

Les services de la DSP d’Alger veillent à doter l’ensemble des établissements publics de santé de proximité (EPSP), en équipements modernes de stérilisation, a-t-elle soutenu.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close