En direct

Présidentielle en France: des émissaires de François Hollande à Alger

Une délégation du Parti socialiste  français, dont le porte-parole Benoît Hamon et la députée et ancienne ministre  Elisabeth Guigou, sont arrivés lundi à Alger pour y rencontrer les électeurs  français en prévision de la présidentielle du 6 mai.    Mme Guigou a été reçu dans l’après-midi par le ministre des Affaires  étrangères Mourad Medelci, a-t-elle indiqué à l’AFP, expliquant que l’entretien  avait porté sur les relations franco-algériennes qu’elle souhaite redéfinir et  renforcer et notamment sur la colonisation "que nous condamnons", en référence  à l’amendement voté en 2005 par l’Assemblée nationale et auquel le PS s’était  opposé.    Le texte a ensuite été radié par décret par le président Jacques Chirac.    Pour l’ancienne ministre de la Justice, la France s’inspire de "ce qu’a  fait l’Allemagne avec les pays de l’Est dans la coopération économique,  c’est-à-dire concevoir un co-développement à une échelle plus large que ses  propres frontières".    S’adressant à quelque 200 Français et Franco-Algériens dans un restaurant  des hauteurs d’Alger, aux côtés notamment du candidat socialiste aux élections  législatives de la 9e circonscription des Français de l’étranger, Pouria  Amirshahi, Mme Guigou a réitéré cette position.    De même, a-t-elle insisté sur la richesse pour la France de ses  bi-nationaux.    "Nous ne profitons pas assez de cette richesse extraordinaire que sont ces  Francais qui ont leurs racines ici, par exemple, leur a-t-elle dit. Pour moi  qui suis élue de la Seine-St-Denis, c’est une richesse extrordinaire", a dit la  députée socialiste dont la mère est native d’Algérie.    "Cela pourrait donner, a-t-elle expliqué à l’AFP, une perspective à nos  jeunes là-bas avec tous ces liens qui ont continué à exister et pourraient être  mis au service d’un développement commun aussi bien culturel qu’économique et  social".    Pour ce qui est des mouvements migratoires, la responsable socialiste pense  que "ce n’est pas en créant des lignes Maginot en Europe, une forteresse, que  nous résoudrons le problème. Pour y arriver, il faut un co-développement pour  permettre aux personnes de trouver du travail chez eux en Algérie" et plus  généralement "chez eux en Afrique".    La délégation du Parti socialiste, qui avait rencontré des opérateurs  français, franco-algériens et algériens dans la matinée puis des artistes avant  ce meeting, devait repartir le lendemain.    M. Amirshahi devrait rester plus longtemps en Algérie afin de rencontrer  dans des autres villes, Oran (ouest) et Annaba (est) les électeurs français en  vue des élections législatives de juin.    Au premier tour de l’élection présidentielle française, le candidat  socialiste François Hollande a remporté 63% des 4.264 suffrages exprimés, parmi  plus de 22.000 électeurs à Alger, selon des sources officielles.    M. Hollande s’était rendu à Alger en décembre 2010, alors qu’il était  candidat à la candidature du PS.
 
 
 Algerie – ennaharonline
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!