Le Billet

Présidentielle : L’Armée, garant de l’engagement de transition démocratique de Bouteflika

Algérie – Le 3 mars dernier, au moment du dépôt de son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est engagé, en cas de victoire, à effectuer six changements d’envergure. Il s’agit notamment d’une élection présidentielle anticipée à l’issue d’une conférence nationale inclusive programmée pour l’année 2019 et à laquelle il ne participera pas.

Cette élection anticipée sera, selon les engagements du Président-candidat, « organisée » par un mécanisme indépendant qui aura la responsabilité exclusive de l’organisation des élections » et interviendra après l’élaboration et l’adoption, « par référendum populaire », d’une nouvelle Constitution. L’on comprend ainsi qu’il s’agit là de l’instauration d’une « IIe République », tant revendiquée en Algérie.

Cependant, plusieurs sont à s’interroger sur qui sera le garant. Qui garantira au peuple que ces engagements « louables » seront tenus après une éventuelle élection pour un nouveau mandat du Président Bouteflika ? C’est là la raison principale de la réticence des citoyens.

Outre le fait que ces engagements soient pris par un Chef de l’Etat et Moudjahid avant tout, le seul autre garant, ne peut être que l’Armée nationale populaire (ANP). Cette même Armée qui s’engage, à travers les derniers discours du Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, à assurer toutes les conditions nécessaires à une élection transparente et crédible. L’ANP, issue du fin fond du peuple, garantira ainsi une transition démocratique.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close