SécuritéMonde

Présidentielle au Mali : huit millions d’électeurs appelés aux urnes

Le Mali retourne aux urnes pour le second tour de la présidentielle avec un chef de l’État sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, en position de force face à un candidat de l’opposition, Soumaïla Cissé, qui n’a pas su unifier le camp de l’alternance.

Plus de huit millions d’électeurs sont appelés aux urnes, dimanche 12 août, pour élire le président du Mali lors d’un second tour placé sous haute sécurité, mais qui ne déclenche pas les passions ; la victoire étant pour beaucoup déjà promise au chef de l’État sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), qui a obtenu plus de 41 % des voix au premier tour. Son adversaire Soumaïla Cissé en a récolté 17,8 %.

La tension est toutefois montée samedi soir. Quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote, le camp de Soumaïla Cissé a affirmé qu’une fraude était en préparation. “Cela fait trois jours qu’on apprend que des bulletins de vote circulent dans le pays”, a déclaré à l’AFP le chef de la campagne de Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, en marge d’une conférence de presse qui s’est tenue après minuit au QG du candidat, en présence de deux observateurs de l’Union européenne. “Ces bulletins devraient être sous scellés et ouverts seulement en présence des assesseurs, des délégués et des mandataires des candidats. Si des bulletins circulent à Bamako avant le jour J, il y a motif à se poser des questions sur la crédibilité du vote”, a-t-il ajouté.

Les 23 000 bureaux de vote sont ouverts de 8h à 18h (heure locale) dans cet immense pays du Sahel, toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d’interventions militaires internationales. Les résultats sont attendus dans quatre ou cinq jours.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!