AlgériePolitique

Présidentielles: Après Benflis et Bengrina, Abdelaziz Belaïd retire les formulaires de candidature

Algérie – Le Secrétaire général du Front El-Moustaqbal, Abdelaziz Belaïd, fait part de son intention de se porter candidat à la proche élection présidentielle du 12 décembre en retirant aujourd’hui, samedi 21 septembre, les formulaires de signatures individuelles.

Ce samedi matin, des délégués du parti d’Abdelaziz Belaïd se sont présentés au siège de l’Autorités nationale indépendante des élections à Club des Pins pour y retirer les formulaires de candidature à l’élection présidentielle fixée au 12 décembre 2019.

M. Belaïd est ainsi le 15e postulant à retirer les formulaires de candidature après, entre autres, Ali Benflis, président de Talaie El-Hourriyet, et Abdelkader Bengrina, Président du Mouvement El-Bina.

 

Tags

Articles en lien

3 Comments

  1. Et voilaaaaaa!..les opportunistes..les arrivistes..les partis de l opposition subventionnee par boutef..ceux qui nous prennent pour des kapins de garenne..les voula..les benflis and co..qui pensent que le peuple va voter pour eux..ces partis qui int participe a la dexheanxe de l akgerie.on attend encore kes xandidats islamistes..ceux du rendou..puis du fln..et puis quoi encore??le futur oresident sera issu du peuple..un president propre..lettre heune..patriote..et sans nulle attache avec la bande…et ce ne sera surement pas monsieur benflis..qui joue sur le volet regionaliste….du vent messieurs..vous puez!

  2. sur les 15 déjà ayant déclarer leur candidature, seul celui d’el-moustakbel pourrait etre valable. quant aux autres ils n’ont aucune crédibilité. alors pour benflis, je dirais qu’ils y en a beaucoup qui ne rougissent pas. j’ai dis el-moustakbel parce que le candidat est jeune, universitaire et bonne santé. maintenant s’il y en a mieux que ça, mabrouk. dans ce cas il faut surtout éviter de tomber dans le sentimental. la gouvernance du pays a besoin du solide et non des malades. la commission médicale doit jouer son role à cent pour cent.

  3. Pour que ses messieurs se dévoilent, il a fallu y aller aux forceps ! Il a fallu qu’une date soit fixée pour les élections. Jusque-là, aucun doigt ne se levait. Maintenant, les Algériens vont pouvoir se parler en sachant de quoi ils parlent, sachant de qui ils parlent (comme candidats).

    A l’attention de ceux qui appellent à l’abstention, un extrait d’une réflexion qui concerne une situation Française mais s’applique à mon avis à toute société : « Les abstentionnistes12 ne savent-ils pas qu’en ne votant pas, ils portent au pouvoir ceux dont ils ne veulent pas ? Bonnet d’Âne ! Il est vrai qu’ils sont passés par l’école républicaine ; peut-être l’ont-ils haie. Comment le système scolaire parvient-il à rétrécir la capacité de jugement chez les enfants, intelligents par essence, au point qu’une fois adultes ils ne soient pas capables de distinguer ce qui les sert de ce qui les perd ? Bonnet d’Âne pour l’École. Comment un État responsable d’une telle incapacité peut-il se qualifier « démocratique » ; ou républicain ? », L’éternel retour d’une haine sans objet – 4 FIN, https://www.alterinfo.net/L-eternel-retour-d-une-haine-sans-objet-4-FIN_a148508.html.

    En ne vous rendant pas aux urnes, Algériens, vous abandonner vos droits. Voter blanc ou nul ou poétique ou comique (non, pas d’insultes ou de menaces !) , c’est affirmer votre existence. ET votre refus de ce qui est proposé. Vous serez légitimes dans vos revendications, réclamations et propositions APRÈS les élections. Si vous choisissez l’abstention, soyez cohérents : ne dites plus rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close