EconomieAlgérie

Flambée des prix : Le Ministère du Commerce, ce grand absent ! (Vidéo)

Algérie – Trop longtemps le Ministère du Commerce s’est cantonné à une mission unique : le marché extérieur et la gestion des licences d’importations. Une situation qui a livré le marché intérieur aux spéculateurs. 

Les prix des produits flambent. Certains atteignant des prix psychologiques, tout simplement inacceptables, voire indécents pour certains produits.

De l’alimentaire, à la voiture, en passant par le prix de la tasse de café ou des couches bébés, la démission du premier acteur de la régulation a provoqué une anarchie sans pareil.

A ce constat, des voix commencent à se lever pour dénoncer cette situation qui ne peut absolument plus durer.

Lire aussi : Qui est Said Djellab, le nouveau ministre du Commerce ?

Organiser, réguler, faciliter… ces rôles oubliés du Ministère du Commerce

“Le ministère du Commerce devrait normalement s’occuper d’organiser les marchés : l’approvisionnement, la commercialisation. Elaborer des stratégies pour faciliter et réguler les opérations de production et de consommations”. C’est ce que souligne ce lundi matin, Mahfoud Kaoubi, au micro d’Ennahar TV.

Pour cet économiste : “ces deux dernières années, le ministère du Commerce est uniquement chargé des licences d’importation. Ce qui démontre une forme d’instabilité et une vision flou du rôle de ce département”.

Said Djellab, cet expert du Commerce Extérieur, qui ne fait pas l’unanimité

La désignation de Said Djellab, ex-Directeur du Commerce Extérieur, aux commandes de ce département confirme l’intérêt que porte le gouvernement à l’organisation de l’importation.

Pour autant, cela vient à l’encontre du rôle premier du Ministère du Commerce : la régulation du Commerce Intérieur.

“Le ministre investie exclusivement son énergie dans le  commerce extérieur. Un secteur qui domine tout l’intérêt du ministère du Commerce”. C’est sur quoi attire l’attention le président de l’Association nationale des exportateurs algériens. Pour Ali Bey Nacedine, “il faut absolument rétablir ce déséquilibre. Le commerce extérieur ne doit pas dominer toute l’activité du Ministère du Commerce”.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!