En direct

Procès en appel des activistes saharouis détenus par l'occupant marocain

Subissant une pression internationale, notamment de la part des organisations de défense des droits de l’homme, le Maroc décide enfin de l’ouverture d’un procès en appel des prisonniers politiques sahraouis de « Gdeim Izik ».
Ces prisonniers sahraouis détenus depuis 2010 ont été accusés d’être « responsables de la mort de neuf agents de sécurité marocains, au cours des affrontements entre l’armée marocaine et des manifestatants sahraouis ayant suivi le démantèlement d’un camp ».
Leur inculpation par les autorités marocaines, en 2013, a soulevé un tollé à l’échelle internationale. Le 27 juillet dernier, le Maroc avait tenté une manœuvre diplomatique en annulant « leur condamnation injuste », mais en vain. En effet, 40 avocats de plusieurs nationalités, constitués en un collectif international de soutien aux prisonniers politiques sahraouis, ont demandé jeudi dernier l’application du droit international humanitaire sur le territoire du Sahara occidental, considéré par les Nations unies comme un territoire non-autonome, occupé par le Maroc depuis 1975.
Aujourd’hui, Directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Humain Rights Watch (HRW), Sarah Leah Whiston, se félicite, via un tweet, de l’ouverture de ce procès civil en appel, estimant que « cela constituera, certainement, une chance pour un nouveau jugement juste des détenus sahraouis ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close